cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Plus...

Vaet'hanan(Deutéronome 3,23 - 7,11)

Chéma Israël

Chema Israël est certainement le texte le plus connu de la Tora. Sa lecture quotidienne, matin et soir, constitue une mitsva primordiale. Le premier des trois paragraphes de cette prière est extrait de la paracha Vaethanane. Quelle est l’idée fondamentale développée dans ce paragraphe ? Et pourquoi est-elle enseignée par Moise précisément dans cette Paracha, c’est-à-dire à l’issue des 40 années d’errance dans le désert.

Ce texte commence avec le verset bien connu :  

CHÉMA ISRAEL  A.DONAI  É.LOÉNOU,  A.DONAI  E’HAD - Écoute Israël, A.do.naï notre D.ieu, D.ieu est Un.  

Moise demande aux enfants d’Israël de proclamer l’Unité divine. Le mot אחד  (E’had) qui signifie Un se compose de trois lettres qui évoquent allusivement ce concept. La première lettre est unא (alef) dont la valeur numérique est 1. La seconde lettre est le  ח (’hèt) qui équivaut à 8. Quant à la dernière, c’est leד  (dalèt) égal à 4. Quand un Juif prononce ces mots, il doit méditer sur l’unité de Dieu qui est présente dans les « 7 cieux » et la terre (8) ainsi qu’aux 4 points cardinaux.

Un équilibre fragile

L’univers tout entier, dans sa globalité comme dans la moindre des parties qui le composent n’existe que grâce à la Volonté divine qui est la source de toute existence.

De prime abord, nous ne percevons pas cette interdépendance. Lorsque nous contemplons l’univers et toutes ses merveilles, nous avons l’impression que les êtres humains, les animaux, les végétaux et les minéraux affichent, à chaque seconde, une parfaite autonomie. Au point même de se révolter parfois contre le Créateur ou de nier son existence. Bien évidemment, c’est Dieu lui-même qui est l’origine de ce semblant d’autonomie afin de conforter le libre arbitre de l’homme pour qu’il comprenne de lui-même que Dieu est à l’origine de toute vie. S’Il le voulait, le Créateur, pourrait ramener le monde au néant absolu en un instant.

Une incroyable effervescence règne dans l’univers. Une multitude d’informations nous parvient à chaque instant.  Ceci peut nous conduire à penser que la création est une réalité complètement « déconnectée » de l’essence divine.  Et c’est justement pour ne pas faire cette erreur que nous lisons le Chema deux fois par jour. Nous prenons soin de placer notre main sur les yeux pour bien méditer profondément. Cette introspection nous permet de nous rappeler que l’existence de la création est en fait fragile. L’univers tout entier ne dépend en réalité que de la (bonne) volonté de Dieu.

De jour comme de nuit

À présent, il nous est possible de comprendre l’injonction de lire le Chéma lorsqu’il fait nuit et lorsque il fait jour. La Tora utilise les mots « à ton coucher et à ton lever ».

La nuit symbolise une période « d’obscurité spirituelle » pendant laquelle un individu ne ressent pas la Présence divine.  Au contraire, le jour est une allusion à une période de clarté au cours de laquelle la spiritualité éclaire notre existence au quotidien.  Alors, nous prenons mieux conscience du rapport de cause à effet de tous les évènements de notre existence.

Nous avons l’obligation de lire le Chema dans ces deux situations ; que tout soit clair et évident pour nous (le jour) ou obscur (la nuit).  Dieu est en effet à l’origine de tout et de Lui n’émane que le Bien. C’est aussi la raison pour laquelle le Chema fut enseigné dans la dernière des 40 années d’errance dans le désert et juste avant l’entrée en Terre sainte. Les enfants d’Israël s’apprêtèrent à quitter la quiétude du désert pour s’installer dans les turbulences de la vie. Il fallait donc leur rappeler que le monde et la puissance de ceux qui y vivent ne sont qu’une illusion. Leur force leur vient exclusivement de Dieu, Maître et Créateur de l’univers qui renouvelle notre existence à chaque instant.


RAV YAACOV SPITEZKI

France : 01.77.47.61.88

Israël : 054 23 99 791

SHORASHIM

Le centre pour les étudiants francophones

Université Hébraïque de Jérusalem

28/7/2015

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.

Vos réactions : 2

(2) spitezki yaacov, August 16, 2016 2:29 PM

UNIVERSALISME DU JUDAISME

Les Rabbins nous enseignent dans le Talmud que D.ieu a propose la révélation du Sinaï a toutes les nations. Celles ci l'ont refuse.
Tout être humain qui accomplit les 7 principes universels de la moralité ( Noahisme). Pas de conversion nécessaire comme dans d'autres religions.
Cette prière veut dire : a la fin des temps toutes les nations reconnaîtront l'existence de D.ieu

(1) garavans, July 28, 2015 9:50 AM

Insuffisance de cette prière

Cette prière qui est le fondement du judaïsme pêche par sa limite.
Dieu a crée le monde entier et l'univers, il est naturel qu'il soit universel.
Cette prière aurait du être: Shema Israël, shema kol Adam, Adonaï elohenou Adonaï ehad.
Alors les juifs auraient eu un autre destin avec bien moins de souffrances. On aurait ouvert le judaïsme à l'ensemble des peuples de la terre.
Moïse pour des raisons circonstancielles du moment a adressé ce message à Israël seulement.
Les rabbins auraient du l'étendre à tous ceux qui le veulent sans distinction, ni autres obligations. Ce faisant ils auraient suivi Dieu dans sa promesse d'être"... aussi nombreux que les étoiles du ciel..".
C'est cette restriction qui est la cause des souffrances du peuple juif. Il est faux de prétendre que les autres peuples l'on refusé. La porte juive est restée très fermée aux autres.
J'accepte que le Rabbin me réponde directement s'il le veut bien.

 

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub