cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Plus...

Balak(Bamidbar 22:2-25:9)

Les talons du Messie

La paracha de Balak nous rapporte qu’un prophète non-juif mandé par un roi, antisémite avant l’heure, décrivit en détails la finalité de l'histoire universelle : la venue du Machia’h (Messie). À l’origine, le monarque en question lui demanda de maudire le peuple juif mais D.ieu le contraignit à le bénir. Parmi ses bénédictions, la délivrance messianique occupe une place essentielle. Dans ce très beau texte, on trouve l’idée selon laquelle cet évènement n’est pas soudain, mais progressif. D’ailleurs le Talmud (Traité Sanhédrine, 98a) le confirmera puisqu’il il décrit que le Machia’h se révélera sur un âne, un animal qui se distingue par sa lenteur à avancer.

C’est dans ses dernières prophéties que Bilâm évoque le Machia’h : « Je le verrai, mais pas maintenant, je le regarderai mais ce n’est pas proche… » À partir de ce texte, nos Maîtres expliquent que la délivrance messianique est un concept progressif qui se développe en différentes étapes à travers l’histoire. Nous tenterons de réfléchir sur l’une d’entre elles qui porte le nom de « talons du Messie ». L’origine de cette expression se trouve à la fin du traité talmudique de Sota.

À faible niveau

Pour comprendre le sens de cette appellation, il faut d’abord remarquer qu’elle porte en elle une contradiction. D’un côté, le talon est la partie la plus basse du corps et la plus insensible à la douleur. D’un autre côté, le talon évoque les pas, en l’occurrence ceux du Machia’h, qui indique une certaine proximité de cet évènement grandiose. Plus encore, de même que le talon se situe à l’extrémité du corps, il en est ainsi pour la fin de l’histoire universelle. Mais parallèlement, le degré spirituel de la génération reste très faible, globalement insensible au judaïsme et éloigné parfois de la morale la plus élémentaire, comme le rapporte le Talmud à la fin du traité Sota: « À l'approche de la venue du Machia'h, la sagesse disparaitra  et l'on méprisera ceux qui craignent Dieu. La vérité sera haïe, les enfants outrageront les vieillards. Le fils avilira le père, la fille se dressera contre sa mère; le fils ne rougira plus devant son père. » En d’autres termes, comment, à l’approche d’un évènement si fondamental de notre histoire, pouvons-nous être les témoins d’une telle déchéance à la fois morale et spirituelle ?

Inversion des valeurs

Cette disproportion, expliquent les commentateurs, met en valeur le lien profond qui peut rapprocher le niveau le plus élevé du niveau le plus bas;  la tête et le pied. C’est précisément parce que l’on se trouve au degré le plus bas… que l’on peut entendre les pas du Machia’h. Pour comprendre cette idée, retenons qu’il existe deux façons de servir D.ieu. La première fait appel aux capacités naturelles et normales d’un Juif. Il se soumet à D.ieu en pratiquant les commandements divins : il étudie la Tora,  il développe des relations harmonieuses avec son prochain, il met en place une société juste et charitable, il respecte le Chabbat etc. La seconde façon fait appel aux forces cachées d’un homme quand il se trouve dans des situations difficiles. Il est à la recherche du sens de l’existence mais il est « malade », il est en exil. Dans tous ces cas, les obstacles qui se dressent devant lui vont le contraindre à se dépasser. Et les efforts qu’il fournira alors, vont lui faire découvrir des forces intérieures insoupçonnées qui vont le hisser à un niveau qu’il n’aurait jamais atteint.

À présent tout devient clair. Incontestablement, la situation morale de notre époque est effrayante et le niveau de pratique du judaïsme se situe à un niveau très bas. Mais cette condition est, quelque part, une formidable opportunité. C’est, en effet, la profondeur de l’exil qui  nous incite à lever les yeux vers le Ciel. La douleur que nous ressentons va nous inciter à déployer des efforts gigantesques pour quitter la routine dans laquelle nous nous confinons. En nous dépassant, nous  inciterons D.ieu à révéler Sa lumière infinie sur l'ensemble de l’humanité.


RAV YAACOV SPITEZKI

France : 01.77.47.61.88

Israël : 054 23 99 791

SHORASHIM

Le centre pour les étudiants francophones

Université Hébraïque de Jérusalem

2/7/2014

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
 

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub