cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Plus...

Réé(Deutéronome 11, 26-16, 17)

Retour vers le futur

La paracha Rééh annonce toujours le mois d’Elloul qui est l’occasion de nous préparer aux fêtes du mois de Tichri et particulièrement à Roch Hachana et à Yom Kipour.

Elloul, le dernier mois du calendrier juif, est essentiellement lié à la Techouva, c’est-à-dire au retour vers D.ieu.

Il existe donc un lien intrinsèque entre notre Paracha et le mois d’Elloul ainsi que toutes les possibilités infinies qu’il recèle. Nous tenterons d’expliciter ceci en lisant attentivement le premier verset de Rééh.

La notion de Techouva est généralement perçue comme une transformation, un bouleversement de l’être, une prise de conscience d’une autre réalité. Mais c’est aussi un appel de D.ieu qui intervient dans notre vie et nous tend « Sa main » en nous offrant la possibilité de faire Techouva.

Cette possibilité est un don divin.

Nous retrouvons cette idée dans le premier verset de notre paracha : « Regarde, JE donne devant vous aujourd’hui bénédiction et malédiction. »

D.ieu demande à tout un chacun de regarder. La Tora insiste sur le verbe regarder. La vision est un sens qui imprime chez l’individu une impression indélébile. En effet D.ieu nous place « aujourd’hui », c’est-à-dire chaque jour, dans des situations qui doivent nous inciter à revenir vers Lui. Il nous donne des occasions uniques. Le verbe donner implique l’abondance, la générosité.

L’univers tout entier est semblable au Palais du Roi des rois. Tout ce qui s’y passe révèle dans ses moindres détails la Providence divine. Tel est le sens de ce verset. Plus encore, l’utilisation du pronom personnel JE fait référence à l’essence même de D.ieu. C’est dire combien nous devons prendre conscience de l’omniprésence divine.

LIBERTÉ

Dès lors se pose une question. Pourquoi mentionner le terme « malédiction » avec celui de « bénédiction ».

D’après ce que nous venons d’expliquer, nous pourrions penser que D.ieu nous contraint en quelque sorte à faire Techouva et à revenir au Judaïsme. Pour écarter une telle hypothèse, le verset se termine par les mots « malédiction et bénédiction ». C’est-à-dire que la liberté de choix nous est laissée et reste intacte. Nous pourrions également penser que cette alternative rend la Techouva très difficile. C’est pourquoi le texte continue avec une précision importante : « la bénédiction si vous écoutez les commandements de D.ieu… la malédiction si vous vous écartez du chemin que Je vous indique… »

UNE BONNE PENSÉE

Pour la bénédiction, il suffit d’écouter c’est-à-dire d’avoir la volonté d’agir.

Une bonne pensée, une bonne intention sont déjà considérées comme le début d’une bonne action. Ceci n’est pas le cas pour une mauvaise pensée qui ne sera jamais assimilée par D.ieu comme étant le début d’une mauvaise action.

En résumé, le simple désir de l’homme de faire Techouva « incite », pour ainsi dire, D.ieu à nous « tendre Sa main » et à nous aider à effectuer un retour complet vers Lui.


RAV YAACOV SPITEZKI

France : 01.77.47.61.88

Israël : 054 23 99 791

SHORASHIM

Le centre pour les étudiants francophones

Université Hébraïque de Jérusalem

20/8/2014

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
 

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub