cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Plus...

Rachel Frankel au Conseil des droits de l’Homme de l’ONU

par Rachel Frankel

« Le pire cauchemar de toute mère est d’attendre indéfiniment le retour de son fils à la maison. »

« Je m’appelle Rachel Frankel et je vis en Israël. Je suis venue ici en tant que mère. Il a douze jours, mon fils Naftali et deux autres adolescents, Eyal Ifra’h et Guil-Ad Shaer, dont les mères sont assises ici derrière moi, ont été kidnappés alors qu’ils venaient de quitter leur école et rentraient à la maison. Et depuis, nous n’avons rien entendu, aucune nouvelle, aucun signe de vie. »

C’est en ces termes poignants que Rachel Frankel a ouvert son discours devant l’assemblée générale du Conseil des droits de l’Homme de l’ONU, à Genève. D’une voix tremblante mais déterminée, elle a décrit le cauchemar qu’elle-même et les deux autres mamans des adolescents enlevés vivent depuis vendredi dernier.


« Avec votre permission, j'aimerais vous en dire davantage sur nos enfants. Mon fils Naftali a 16 ans. Il est passionné de guitare et de basketball. C’est un bon élève, et un bon enfant – un mélange de sérieux et de sympathie. Eyal adore le sport et la cuisine. Quant à Gilad, c’est un chef pâtissier en herbe, qui adore le cinéma.

Mon fils m’a envoyé un texto me disant qu’il était en route pour la maison, et depuis il a disparu. Le pire cauchemar de toute mère est d’attendre indéfiniment le retour de son fils à la maison.

Nous tenons à exprimer notre profonde gratitude pour les vagues de prières, de soutien et d’énergie positive, qui affluent en provenance du monde entier.

Profitant de ma présence dans cette assemblée, je tiens à remercier le Secrétaire général de l’ONU pour avoir condamné l’enlèvement de nos garçons, exprimé sa solidarité avec les familles, et appelé à leur libération immédiate.

Et puis je remercie la Croix-Rouge internationale pour avoir déclaré sans ambages que le droit international humanitaire interdit la prise d’otages, ainsi que pour avoir exigé la libération immédiate et inconditionnelle de nos garçons.

En même temps, je suis persuadée que beaucoup plus peut être fait – et doit être fait – par beaucoup de personnes. C’est pourquoi, nous trois mères, sommes venues ici aujourd’hui – devant les Nations Unies, et devant le monde – demander à chacun de faire tout son possible pour ramener nos garçons.

Monsieur le Président, c’est mal d’enlever des enfants, garçons ou filles innocents, et de les utiliser comme des instruments dans quelque combat que ce soit. C’est cruel. Ce conseil est chargé de protéger les droits de l’Homme. J’aimerais vous poser une question : n’importe quel enfant n’a-t-il pas le droit de rentrer chez lui en toute sécurité à son retour de l’école ?

Nous souhaitons simplement leur retour dans nos maisons, dans leurs lits. Nous souhaitons juste les embrasser de nouveau. Merci, Monsieur le Président. »

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.

Vos réactions : 3

(3) constantine, September 22, 2014 1:34 PM

Rachel Frankel

quel courage, quelle dignité, après ce stunami dans sa vie, elle est forte, rempli de l"esprit divin, c'est un bel exemple, , car dans des moments aussi douloureux pour une mère juive, elle a en elle une force divine sans laquelle elle n'aurait pas pu placer un mot, ni à l'ONU ni pour laisser un message d'amour pour Rocha Chana.

(2) Michel Trepanier, September 21, 2014 1:00 PM

J'ai honte que cela arrive à des enfants.

Pour moi la seule justice pour les criminels qui commettent dés atrocités de la sorte est la mort, je suis désolé je suis un humanisme dans l'âme par contre la il y a des limites à la bonté d'âme....

(1) Anonyme, June 30, 2014 11:44 AM

l indifference du public est choquante

 

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub