cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Plus...

Béaalotekha(Nombres 8-12)

Encourager l’indépendance

Lorsqu’Aharon reçoit l’ordre d’allumer la Ménora dans le Temple, la Torah emploie un terme inhabituel – Béhaalotékha – qui est en réalité le nom de la section de la Torah de cette semaine. Béhaalotékha signifie littéralement qu’Aharon doit « élever » les flammes. Rachi explique qu’Aharon devait tenir le feu, c’est-à-dire les mèches de la Ménora non seulement jusqu’à ce que le feu prenne, mais aussi jusqu’à ce qu’elles brûlent fortement par elles-mêmes – et seulement ensuite retirer la flamme.

Nous trouvons un message important ici. La Ménora représente la Torah et Aharon allumant la Ménora symbolise l’éducateur, l’enseignant – « illuminant » - ses élèves.

À l’instar d’Aharon et de la Ménora, un éducateur doit retirer à un moment donné sa lumière et permettre à l’élève de voler de ses propres ailes. Il faut se focaliser, dans le domaine de l’éducation, sur ce point. C’est en réalité, le but ultime de l’éducation – créer une indépendance intellectuelle et émotionnelle.

Trop souvent, nous remarquons que le but de l’éducation n’est pas de créer une indépendance, mais une dépendance. Cette vision n’est pas en accord avec la tradition juive.

Le rôle du rav, comme de tout éducateur, est de se rendre obsolète. L’éducateur n’a de succès que lorsque l’élève s’en va, affichant la confiance nécessaire à une réflexion bien pesée et susceptible de prendre ses propres décisions.

Ce n’est pas moins vrai dans le domaine de l’art d’être parent. Bien que nous souhaitions que nos enfants suivent la même voie que nous, nous devons aussi favoriser l’indépendance. Nous pouvons les protéger autant que possible, mais au final, notre but est de les aider à devenir des adultes aptes à prendre leurs propres décisions (qui ne sont pas forcément les nôtres).

Oui, l’indépendance a ses désavantages – mon enfant peut prendre des décisions contraires à mon souhait ! Mais si nous avons confiance dans la cohésion de nos croyances et valeurs, qu’avons-nous à craindre ? Aucun être humain sur terre n’a le droit de nier la liberté de choix à son prochain. Notre but, aussi bien avec nos élèves qu’avec nos enfants, ne doit pas consister à retirer leur libre arbitre, mais plutôt à leur procurer les outils leur permettant de l’utiliser efficacement.

12/6/2012

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
 

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub