cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Plus...

Vayéra(Béréshit 18-22)

La langue bien pendue

Si nous observons attentivement l’attitude d’Avraham lorsqu’il prend soin de ses hôtes, nous notons un écart tangible entre ce qu’il leur propose et ce qu’il leur offre en fin de compte. Il leur annonce au départ un menu pour prisonniers, mais leur sert finalement un repas royal.

Nos sages nous enseignent que ce comportement illustre un principe essentiel : Parle peu et agis beaucoup. Mais pourquoi est-ce aussi important ?

Il me semble que la réponse réside dans la force du discours. La parole permet, en quelque sorte, de concrétiser l’impalpable. L'expression verbale a en effet le pouvoir de rendre des idées qui sont par nature, abstraites, beaucoup plus concrètes. Un monde sépare la pensée de la parole. Un vœu exprimé verbalement est beaucoup plus puissant qu’un simple engagement dans la pensée.

Parce que la parole rend les idées tangibles, elle peut être un piège. Tout gérant d’un business sait qu’une des méthodes les plus efficaces pour s'abstenir d'agir est de se réunir. Multiplier les réunions nous donne un sentiment d'agir concrètement alors qu’en réalité, nous nous bornons à parler de ce que nous croyons devoir faire. 

Parler risque de nous berner en nous octroyant l'illusion d’accomplir quelque chose. Le fait d'annoncer ce que nous allons faire en décrivant la manière dont nous comptons nous y prendre, procure une telle sensation de l'acte réalisé, que nous ne ressentons plus de façon aussi primordiale la nécessité d’agir. C’est un piège si facile… On peut parler du matin au soir et être fier la nuit durant des idées grandioses exprimées tout au long de la journée. Même si les idées ne se concrétisent pas, qu’importe ! Nous trouverons bien d’autres idées extraordinaires pour discourir le lendemain.

C’est pourquoi, nos sages nous recommandent vivement : "moins de bavardage et plus d’action". Ils ne s'opposent pas à la nécessité de planifier et de programmer notre emploi du temps ; ils veulent simplement nous mettre en garde : "Ne laisse pas la planification devenir un mode opératoire d’action. Ne laisse pas le moyen te convaincre que tu es en train d'accomplir le but final.

Bien souvent, les grands parleurs sont ceux qui réalisent peu. Le besoin de parler leur permet de combler leur oisiveté. En revanche, ceux qui accomplissent le plus évitent d'évoquer leurs projets, occupés qu'ils sont à les réaliser.  

Avraham n’a pas fait de grandes promesses et pourtant il fit preuve d’une hospitalité qui n’a rien à envier a un hôtel de grand standing. Cessons de promettre aux autres et à nous-mêmes ce que nous nous apprêtons à accomplir et passons à l’acte !

15/3/2012

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
 

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub