cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Plus...

Vayéchev(Genèse 37-40)

Prendre soin des autres en prison

Pauvre Joseph - vendu comme esclave par ses frères pour aucune autre raison apparente que pour leur avoir raconté ses rêves et pour avoir été une cible de séduction pour la superbe femme de son maître égyptien. Est-ce sa récompense pour avoir maintenu ses valeurs et son intégrité, en résistant à une tentation quasi irrésistible ? Etre jeté dans le plus sombre et le plus profond trou d'Egypte, sans lui laisser espérer la moindre issue. Si quelqu'un peut se permettre de s’apitoyer sur son sort, c’est bien Joseph. 

Pourtant, Joseph ne s’est pas apitoyé sur son sort. Loin de là. Sa principale préoccupation était le bien être des autres. Dans la section de cette semaine, il est relaté qu’ayant remarqué la souffrance du boulanger et de l’échanson de Pharaon, il s'adressa à eux. 

Le Talmud nous dit: "Même si le tranchant d'une épée est posé sur ton cou, ne désespère pas de la miséricorde." L'explication classique de ce passage est que même si une situation semble plus sombre que jamais, il ne faut pas perdre l'espoir en la miséricorde de Dieu, car le salut peut survenir en un clin d'œil. 

Il existe une autre explication à cette phrase, que j'ai entendue de la bouche d'une survivante d'Auschwitz. Cette femme m'a dit que cette sentence lui avait été très précieuse pendant la période passée dans les camps. Dans sa version hébraïque, elle peut être lue de la façon suivante : "Même si le tranchant d'une épée est posé sur ton cou, ne renonce pas à être miséricordieux." Ne vous focalisez pas trop sur vous-même, au point d'oublier qu'autour de vous, d'autres personnes souffrent. Lorsqu’on est retranché dans ses problèmes, il est tellement facile de croire qu'on est la seule personne au monde ayant des difficultés. Il est facile de se laisser complètement absorber par soi-même, au point de devenir involontairement égoïste et insensible. 

Nous avons tous des problèmes, certains d'entre nous plus que d'autres. Il faut de la force et du courage pour les surmonter. Mais nos problèmes personnels ne doivent pas être une excuse pour cesser de nous soucier des autres. Les circonstances peuvent vous priver de beaucoup de choses, mais lorsque vous cessez de prendre soin des autres, vous renoncez volontairement à votre humanité. 

Joseph, même dans le plus profond puits en Egypte, se souciait de ceux qui se trouvaient avec lui. Cette dame si spéciale m'a raconté que même à Auschwitz, elle s'appliquait à prendre soin des autres et se montrait compatissante et aimante. S’il y avait un lieu où le tranchant de l’épée était posé sur le cou de cette femme, c’était bien à Auschwitz. Pourtant, elle pensait aussi à ceux qui souffraient avec elle. 

Nous qui sommes peut-être tourmentés de nombreux soucis, bien que moins menaçants toutefois, nous pourrions prendre cette femme en exemple en continuant, malgré nos tourments, de nous soucier d'autrui. Rien au monde ne peut nous enlever notre humanité, hormis notre propre décision.

15/3/2012

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
 

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub