cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Les fruits et l'essence de l'humanité

Les fruits et l'essence de l'humanité

Les fruits et les êtres humains partagent une essence semblable: tous deux révèlent seulement une fraction de leur potentiel caché.

par

Tou Bichvat, le Nouvel An des arbres, est un moment de grande fête. Mais pourquoi? Nous ne trouvons pas une telle célébration de la nouvelle année pour les légumes ou les céréales. Qu’y a-t-il de si spécial au sujet des fruits? 
 
Une distinction entre les fruits et les céréales se trouve au début de la Torah. Dans l'utopie du jardin d'Eden, Adam a été instruit que son régime alimentaire serait composé de fruits: 
 
«Et le Seigneur, Dieu, a ordonné à l'homme, en disant: Vous ne mangerez d'aucun arbre du jardin. » (Genèse, 2:16) 
 
Quand Adam a péché et fut déchu de sa stature spirituelle élevée, son régime alimentaire fut également rabaissé à un statut inférieur:  
 
« Et à Adam Il dit ... La terre est maudite à cause de vous; vous mangerez dans la souffrance toute votre vie Il fera pousser des épines et des ronces, et tu mangeras l'herbe des champs… » (Genèse, 3:17-18) 
 
Le fruit des arbres ne devait plus subvenir aux besoins de l'homme. A présent, il devait vivre de l'herbe des champs – le blé, l’orge et autres céréales ainsi que et légumes. En entendant cela, Adam en conçut une grande détresse: 
 
«  Quand Dieu dit à Adam, elle fera pousser des épines et des chardons pour vous ... ses yeux inondés de larmes, il dit: Maître de l'Univers! Moi et mon âne mangerons nous donc  d'une même auge! » (Talmud, Pessa'him 118a) 
 
En passant d'un régime de fruits à un régime de céréales, Adam s'aperçut qu'il était tombé à un statut proche de celui de l’animal. Penchons-nous un peu plus avant sur cette différence. 
 
Au-delà des apparences 

L'homme est appelé «Adam», parce qu'il a été formé à partir de Adamah, le mot hébreu qui signifie «terre». Jusque là tout va bien, sauf que les chats, les chiens et les ornithorynques ont également été formés à partir de la terre! Si donc toutes ces créatures ont été formées à partir de la Adamah - pourquoi l’homme est-il le seul qui reçoit le nom d’Adam? 
 
Le Maharal explique qu'il ya une similitude conceptuelle entre l'homme et la terre. Considérons un lopin de terre nu. Il semble être sans relief, sans vie. On peut le creuser sans rien n’y trouver que de la terre sol. Mais si on attend et qu’on l’observe, on va assister à un phénomène incroyable. Plantes et fleurs se développeront à partir de rien, en apparence. Des arbres énormes peuvent même s’y développer – d’où viennent-ils ? La terre a un énorme potentiel caché en son sein, beaucoup plus grand qu’il n’y paraît. 
 
Considérons maintenant les animaux. Un animal est désigné dans la Torah par le terme Behemah. Ce mot est composé des mots "bah mah", qui signifient "c'est quoi?" ou "ce qu'il est, est en elle», - en d'autres termes, «ce que vous voyez est ce que vous obtenez ». Que voit-on dans un animal - sa peau, des yeux, des membres, et de la fourrure – c’est tout ce qu’il possède. Il n'y a pas profondeurs cachées dans un hippopotame. 
 
Mais l'homme a la capacité de développer son intelligence et d’accomplir des actes d'une nature véritablement altruiste. Il peut engager dans une croissance spirituelle, se transformer en un être toujours supérieur. L'homme est davantage que ce qu’il paraît. C'est pourquoi il est nommé d'après la terre. L'homme et la terre sont similaires en ce qu'ils contiennent d'énormes potentialités cachées. 
 
Si l’on compare les fruits avec les céréales et les légumes, on peut remarquer la même différence essentielle. Lorsque les céréales et les légumes sont récoltés, la plante entière est coupée et consommée. Ce que vous voyez est ce que vous obtenez. Une fois qu'il est consommé, il ne reste rien. Il n'y aura jamais de possibilité de produire autre chose à partir de cette plante. 
 
Un arbre fruitier est différent. Ce que vous voyez n'est qu'une infime fraction de ce que vous obtenez. Car même quand tous les fruits ont été consommés, il reste un vaste potentiel dans l'arbre. Il a la capacité de produire plus de fruits, pour de nombreuses générations. 
 
Adam était à l'origine au le niveau de manger des fruits. Il était lui-même une vaste réserve de potentiel en attente d'être réalisé. Mais quand il a péché, il est descendu à un niveau à peine au-dessus de celui d'un animal. Un animal n'a rien plus que ce qu’on lui voit. Il ne possède pas de grand potentiel qui puisse être utilisé pour une expression spirituelle créative. Il vit donc d’un régime de céréales et de légumes, qui n'ont pas non plus de grand potentiel de développement. De la même manière, la capacité d'Adam de progresser spirituellement s’est retrouvée considérablement réduite. 
 
Depuis la terre jusqu’au ciel 
 
La différence conceptuelle entre les fruits et légumes s’exprime aussi dans leurs apparences respectives. Les arbres fruitiers se tiennent debout, dressés vers le haut, de la terre vers le ciel. Ils représentent l’effort de progression spirituelle et un potentiel qui demande à s’exprimer. Les céréales et les légumes, quant à eux, poussent au ras du sol, ils représentent la physicalité humble et sans désir d'élévation.  
 
    «Adam était grand de la terre au ciel ... mais quand pécha, Dieu posa sa main sur lui et le diminua ... » (Talmud, Sanhédrin 38b)
 
  
Ce Talmud parle en termes métaphoriques que nous pouvons maintenant comprendre. L’Adam d'origine atteignait le ciel, comme les arbres fruitiers, pour exprimer un énorme potentiel de croissance. Mais après que le serpent l'ait conduit au péché, ce potentiel est devenu très limité. Le serpent lui-même, qui avait orchestré la faute, fut destitué de son apparence de créature qui marchait debout, parallèle à l'arbre, pour prendre l’apparence d’un être qui rampe dans la poussière, parallèle aux céréales et aux légumes. L'homme, contrairement aux autres animaux, marche encore debout. Bien que la grandeur de l'homme eut été réduite, on lui avait laissé le potentiel de croître, et même de reconquérir sa stature originale. 
 
L'âne égyptien 
 
Dans son cri de désespoir, Adam déplore de devoir manger la même nourriture que son âne. L'âne est appelé en hébreu ‘Hamor, qui est basé sur le mot ‘Homer, le  «matériel». L'âne est la plus «matérialiste» des créatures. Bête simple d'esprit déterminée uniquement par ses désirs physiques. Adam s'est rendu compte que son régime alimentaire modifié mettait en évidence sa chute à un tel niveau. 
 
Fait intéressant, l'âne est lié à une nation particulière: «Dans le pays d'Égypte ... dont la chair est comme celle des ânes ...» (Ye’hezkel 23:19-20) 
 
L'Égypte était une nation imprégnée de pulsions matérialistes et était donc symbolisée par l'âne. Elle n'avait aucune disposition pour la croissance spirituelle, et il n'est pas étonnant que le peuple juif en Egypte s’en soit souvenu comme une terre de légumes:  
 
    "Nous nous souvenons des poissons que nous avons mangé gratuitement en Égypte, des concombres, des melons, des poireaux, des oignons et l'ail ...» (Nombres, 11:5) 
 
Les légumes, qui ne possèdent aucunement l'immense potentiel des arbres fruitiers, exprimaient l'essence de l'Égypte. Et c'est ainsi qu'elle est décrite quand elle est comparée avec la Terre d'Israël:  
 
    «Car le pays dont tu vas entrer en possession n'est pas comme la terre d'Egypte que vous avez quitté, où vous semiez vos graines et les arrosiez en marchant [pour amener l'eau du Nil], comme un jardin potager." (Deutéronome 11:10-12) 
 
Le nom même de l'Égypte, Mitzrayim, est basé sur le mot meitzar qui signifie «restriction», se référant à sa capacité limitée de croissance et son manque de potentiel spirituel. 
 
L'hiver est la période de l'année qui correspond à l’exil. Mais cette partie de l'hiver est particulièrement liée à l'exil en Égypte. Ce qui est traduit par les lectures hebdomadaires de la Torah à cette période de l’année, qui traitent de notre exil en Égypte. L’analogie est donc que nous sommes à un stade de «légume», dont la croissance spirituelle est limitée. C'est pourquoi la nouvelle année des arbres fruitiers, avec toute sa signification spirituelle, est une cause de grande célébration. 
 
Cet essai est adapté de "Seasons of Life», disponible à www.targum.com / boutique / Slifkin.html.

Publié: 29/1/2012


Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.

Vos réactions : 1

(1) dieudonné, January 18, 2013 9:57 AM

Beaucoup d'humains disent ressentir de l'amitié et de la reconnaissance chez certains animaux; quant à l'âne, on a observé qu'il était en fait plein de bon sens;quand il a l'air têtu, en fait c'est parce qu'il observe un élément qui lui est étranger. La bonté envers les animaux (sans exagération) n'est-elle pas une bonne chose?

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub