cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Le Séder de Tou Bichevat selon la tradition kabbalistique

Le Séder de Tou Bichevat selon la tradition kabbalistique

Explorer la portée métaphorique des fruits dans la voie menant à la perfection spirituelle.

par
Plus...

Au milieu des années 1500, les élèves du Ari – Rabbi Yits'haq Louria Ashkenazi zal. – établirent un Séder de Tou Bichevat qui s'inspirait du Séder de Pessa'h (Pâques). Ils rédigèrent un pamphlet qu'ils appelèrent le Pri Ets Hadar (Le fruit du bel arbre). Ce pamphlet nous offre une structure précise qui nous permet de célébrer cette fête spirituelle et dotée d'un sens profond, d'une manière positive et agréable. Le Séder de Tou Bichevat représente le début d'un compte à rebours de 60 jours qui nous séparent de Pessa'h.

Le Séder est divisé en 4 parties. Au début de chaque partie, on remplit les verres de vin qu'on ne boira qu'à la fin de chaque partie. Après la conclusion du Séder, un repas de fête est servi, accompagné de musique, de chansons et pendant lequel un sentiment de joie de vivre se répand, tandis que nous dégustons du bon vin et des plats succulents. Les nappes blanches sont mises sur les tables et des bougies éclairent la pièce. Pour ce jour spécial, nous devons porter nos vêtements de Chabbath.

Des herbes aromatiques – préférablement du myrte que nous avons pris pendant Souccot – sont placées sur la table, avec un nombre important de fleurs afin de donner à celle-ci, ainsi qu'à la pièce, un air de fête et de répandre une odeur agréable dans la maison.

Nos plus beaux verres sont posés sur la table, chaque participant devant boire un total de quatre verres de vin ou de jus de raisin. La taille des verres est un facteur déterminant pour connaître la quantité de vin dont nous aurons besoin pour cette soirée. Il faut disposer d'une quantité égale de vin blanc et de vin rouge. Si vous utilisez des verres de table d'une taille normale, il faut prévoir l'équivalent d'un peu plus d'une bouteille par personne (½ de vin rouge et ½ de vin blanc). Si vous utilisez des verres à liqueur, la même quantité de vin sera suffisante pour 4 à 6 personnes.

FRUITS NÉCESSAIRES

Olives, dattes, raisins/raisins secs, figues, grenades, etrogs (confits), pommes, noix, amandes, caroubes (fruit du caroubier), poires, azerole (fruit de l'azerolier) ou mangue, coings, cerises, pommes sauvages ou abricots, pistaches, pignes de pin, micocoulier occidental ou prunes, lupin ou noix de pécan. Il faut également avoir un petit biscuit salé ou un morceau de gâteau.

Les fruits doivent être dûment vérifiés pour la présence d’insectes.

Idéalement, chaque participant devrait disposer d’une Bible écrite dans une langue qu'il comprend. Chaque participant doit avoir également à sa disposition les fruits – ou un morceau des fruits – qui seront glorifiés pendant le Séder et qui seront... mangés. Il est important que le Séder soit dirigé par une personne. À présent, il est temps de s'installer confortablement et de se détendre pour commencer le Séder.

Partie I

Verser le vin :

La première partie du Séder consiste pour chaque personne à remplir de vin blanc le verre d'un autre participant, comme nous le faisons lors du Séder de Pessa'h (Pâques).

La première partie représente le point cardinal du nord et la saison d'hiver, lorsque la terre semble dormir et que le végétation se fait remarquer par son absence. Le vin blanc est le symbole d'un monde sans vie.

Biscuit salé, morceau de gâteau :

Chaque personne doit prendre un biscuit ou un morceau de gâteau et dire la bénédiction appropriée (Boré miné mezonoth). Il faut réciter ensuite le verset des Psaumes 81:17: “Il les nourrirait de la moelle du blé.” Nous discourons sur les qualités exceptionnelles de blé. Selon certains, le blé fut autrefois un arbre.

À ce stade du Séder, nous prenons le temps de relever le goût, la consistance, la texture, la couleur, etc. du blé. Notre raison de vivre consiste à louer et à reconnaître tout le bon que notre créateur fait en nous créant et en nous maintenant en vie, ainsi qu'en nous fournissant les délices qui sont faits grâce au blé.

L’olive :

Nous lisons maintenant le verset de Jérémie 11:16: “Dieu t'avait dénommé 'olivier verdoyant, remarquable par la beauté de son fruit'.” Nous faisons maintenant la bénédiction avant de manger l'olive (Boré peri haets) et en ayant à l'esprit d’acquitter par cette bénédiction tous les fruits qui seront mangés pendant le Séder et qui exigent normalement la même bénédiction. Nous récitons ensuite le verset des Psaumes 128:3: “Tes enfants seront comme des plants d'oliviers autour de ta table.” Une caractéristique d'un olivier est que ses feuilles ne perdent jamais leur couleur.

La datte :

Grâce à la bénédiction faite sur l'olive, aucune bénédiction supplémentaire n'est nécessaire sur les fruits que nous mangerons jusqu'à la fin du Séder. Nous lisons maintenant le verset des Psaumes 92:1: “Le juste fleurit comme le palmier; comme le cèdre du Liban, il est élancé.” Le fruit du palmier est doux. Nous lisons maintenant le verset du Cantique des Cantiques 7:9: “Je monterai sur le palmier.” Le palmier ne se plie pas ni ne se penche à cause du vent, comme le peuple juif qui reste ferme et fort à travers les générations et qui suit fidèlement les lois de la Tora, dans tous leurs détails.

Le raisin :

Psaumes 128:3: “Ta femme sera comme une vigne féconde dans l'intérieur de ta maison.” Dans la mesure où le vin est proche, il reçoit une attention adéquate. Lorsqu'un homme accorde à sa femme l'attention qu'elle mérite et le respect qui lui doit, ils auront de nombreux bons enfants.

Le vin :

Le prochain verset trouve sa source dans la bénédiction que Jacob adressa à Juda, selon laquelle il jaillira tel du vin d'une fontaine (Rachi). Ce verset fait également référence au Messie qui sera issu de la tribu de Juda. Nous lisons maintenant les versets dans Genèse 49:11-12: “Alors, on attachera son ânon à la vigne et à la treille le fils de son ânesse; on lavera son vêtement dans le vin et dans le sang des raisins sa tunique. Ses yeux seront pétillants de vin, et ses dents toutes blanches de lait.”

Nous buvons maintenant le verre de vin blanc en nous penchant sur notre gauche et en récitant auparavant la bénédiction Boré peri Haguefen.

Partie II

Verser le vin :

Le début de la deuxième partie du Séder consiste pour chaque personne à remplir le verre d'un autre participant avec ¾ de vin blanc et ¼ de vin rouge. C'est le point cardinal de l'est et la saison du printemps, lorsque la nouvelle vie commence à animer l'hiver stérile en veilleuse.

La figue :

Nous lisons maintenant le verset dans les Proverbes 27:18: “Qui veille sur le figuier jouira de ses fruits; qui veille sur son maître recueillera de l'honneur. ” Si une personne ne veille pas sur son figuier, une autre viendra et mangera de son fruit. De la même manière, celui qui aide son patron sera honoré.

La grenade :

Cantiques des Cantiques 7:13: “De bon matin, nous irons dans les vignes, nous verrons si les ceps fleurissent, si les bourgeons ont éclaté, si les grenades sont en fleurs. Là je te prodiguerai mes caresses.”

Le verset “Si les grenades sont en fleurs” fait allusion à ceux qui méritent de guider le peuple juif selon la sagesse du Talmud.

L’étrog (cédrat) :

Lévitique 23:40: “Vous prendrez, le premier jour, du fruit de l'arbre hadar, des branches de palmier, des rameaux de l'arbre aboth et des saules de la rivière; et vous vous réjouirez en présence de l'Éternel votre Dieu, pendant sept jours.” De ce verset, nous apprenons le commandement de prendre les quatre espèces: 1) loulav, 2) etrog, 3) myrte et 4) saule, pendant Souccot. Dans ce verset, l'etrog est décrit comme le “Pri Ets Hadar” (le fruit du bel arbre).

Lors de Tou Bichevat, chaque arbre est jugé: soit il vivra, soit il mourra; soit il fleurira, soit il s'éteindra. Par conséquent, on a l'habitude à Tou Bichevat de prier pour obtenir un etrog parfait pour Souccot.

La pomme :

Cantiques des Cantiques 2:3: “Comme un pommier parmi les arbres de la forêt, tel est mon bien-aimé parmi les jeunes gens. J'ai brûlé du désir de m'asseoir sous son ombrage, et son fruit est doux à mon palais.” Le goût de la pomme fait référence au fait que le peuple juif reconnaît Dieu et la douceur de la Tora.

Le vin :

Cantiques des Cantiques 2:4: “Il m'a conduite dans le cellier, et sa bannière qu'il a étendue sur moi, c'est l'amour.” Le Mont Sinaï était le cellier où tous les juifs ont satisfait leur désir de la vérité. Au Mont Sinaï, les juifs ont dit: “Nous ferons et nous écouterons.”

Nous buvons maintenant le second verre de vin en nous penchant sur notre gauche sans réciter de nouveau la bénédiction.

Partie III

Verser le vin :

Le début de la troisième partie du Séder consiste pour chaque personne à remplir le verre d'un autre participant avec ½ de vin blanc et ½ de vin rouge. C'est le point cardinal du sud et la saison de l'été, lorsque les arbres donnent abondamment leurs fruits mûrs.

La noix :

Cantiques des Cantiques 6:11: “Je suis descendue dans le verger aux noyers pour voir les jeunes pousses de la vallée, pour voir si la vigne avait bourgeonné, si les grenades étaient en fleurs.” Le verger aux noyers – avec son odeur agréable – fait référence au Temple. Pendant que les prêtres offraient leurs sacrifices et qu'ils brûlaient leurs encens, les Lévites chantaient des psaumes. En même temps, les Israélites de l'ensemble d'Erets Israël récitaient des prières spéciales appelées “ma'amadot ”. Ces services permettaient au Grand Sanhedrin (Cour Suprême juive et législature) d'interpréter correctement la loi.

L’amande :

Nombres 17:23: “Or, le lendemain, Moché entra dans la tente du Statut, et voici qu'avait fleuri la verge d'Aaron, déposée pour la famille de Lévi: il y avait germé des boutons, éclos des fleurs, mûri des amandes.” Qora'h contestait l'autorité de ses cousins, Moché et Aaron. Il pensait qu'ils avaient usurpé la prêtrise. Le différend fut réglé de la façon suivante: le Tout-Puissant ordonna à Moché d'assembler les douze bâtons des tribus – un bâton pour chaque tribu – dans la Tente du Statut. L'éclosion de la tige d’Aaron fut une preuve définitive qu'il avait bel et bien été choisi d'une façon divine. Rachi – le fameux commentaire de la Tora – explique de la façon suivante la signification du bourgeonnement des amandes: “De la même manière que l'amandier bourgeonne rapidement, celui qui crée une lutte contre la prêtrise est aussi rapidement puni.”

Le caroube :

Genèse 2:8-10: “L'Éternel Dieu planta un jardin en Eden, vers l'orient, et y plaça l'homme qu'il avait façonné. L'Éternel Dieu fit surgir du sol toute espèce d'arbres, beaux à voir et propres à la nourriture, et l'arbre de vie au milieu du jardin, avec l'arbre de la science du bien et du mal. Un fleuve sortait d'Eden pour arroser le jardin.”

Après la destruction du second Temple, Rabbi Chim'on bar Yo'haï fuit les romains pour s'abriter dans une cave, dans le village galiléen de Peqi'in. Pendant les treize années suivantes, lui et son fils – Elazar – s'investirent jour et nuit dans l'écriture du saint Zohar, l'ouvrage de base du mysticisme juif. Afin de les nourrir, le Tout-Puissant créa une source et un caroubier à l'extérieur de la cave.

La poire :

La source de la lecture pour les poires se trouve dans la Michna Kilayim (Hybrides). La quatrième Michna du chapitre 1 dit: “Parmi les arbres, les poiriers, les poiriers Curstumenian, les coings et les azeroliers ne sont pas hétérogènes. Par conséquent, une greffe parmi eux est permise du point de vue de la halakha. Les pommiers, les pommiers sauvages, les pêchers, les amandiers, les jujubiers et les grenadiers – même s'ils se ressemblent les uns avec les autres – sont hétérogènes et une greffe est interdite. ”

Le vin :

Puisque nous avons consommé douze fruits, qui correspondent aux douze combinaisons du Tétragramme, il est temps de faire un spécial le'hayim (“à la vôtre”) en l'honneur d'une “chana tova oubrakha, peri outnouvav ” (une année remplie de bonnes choses, de bénédictions, de réalisations fructueuses et de productions positives)

Puis on récite les versets suivants de Michée 4 :3-4 :

“Alors de leurs glaives ils forgeront des socs de charrue et de leurs lances des serpettes; un peuple ne tirera plus l'épée contre un autre peuple, et l'on n'apprendra plus l'art de la guerre. Et chacun demeurera sous sa vigne et sous son figuier, sans que personne vienne l'inquiéter, car c'est la bouche de l'Éternel-Cebaot qui le déclare.”

Nous buvons maintenant le troisième verre de vin en nous penchant sur notre gauche.

Partie IV

Verser le vin :

Le début de la quatrième partie du Séder consiste pour chaque personne à remplir le verre d'un autre participant avec ¾ de vin rouge et ¼ de vin blanc.

C'est le point cardinal de l'ouest et la saison de l'automne, lorsque la majorité des fruits sont mûrs – ou sur le point de l'être – et où les symptômes de l'hiver dormant réapparaissent doucement dans la terre.

L’azerole ou la mangue :

Michna Berakhoth (Bénédictions) 6:2: “Si une personne dit sur un fruit 'Créateur du fruit de la terre', elle a rempli son obligation. Cependant, si elle dit sur les produits de la terre 'Créateur du fruit de l'arbre', elle n'a pas rempli son obligation. Si elle dit 'qui par sa parole fit tout exister ' sur eux, elle a rempli son obligation.” Un fruit de l'arbre est également considéré comme un fruit 'de la terre'.

Cependant, l'inverse est inexact: un fruit 'de la terre' n'est pas considéré comme un fruit 'de l'arbre'. Tous les produits peuvent entrer dans la catégorie de 'qui fit tout exister'.

Le coing :

Michna Berakhoth 6:3: “Sur toute chose qui ne pousse pas dans la terre, il faut dire 'qui par sa parole fit tout exister '.”

 

La cerise :

Michna Berakhoth 6:4: “Si une personne a devant elle plusieurs sortes (de fruits): selon Rabbi Yehouda, s'il y a parmi elles une des sept espèces (pour lesquelles Erets Israël est louée), elle doit faire la bénédiction sur celle-ci; cependant, selon les Sages, elle peut faire la bénédiction sur l'espèce qui lui plaît.” La loi estd'après Rabbi Yehouda (Choul'han 'Aroukh, Ora'h 'Hayim 21 1: 1).

La pomme sauvage ou l’abricot :

Michna Berakhoth 6:6: “Si ceux qui sont assis à une table sont droits (i.e. ils ne forment pas un groupe distinct), chaque personne dit les bénédictions d'après le repas pour elle-même. Cependant, si elles se sont allongées, une personne doit dire les bénédictions pour toutes les autres.” Les autres remplissent leur obligation en répondant “Amen ”.

La pistache :

Michna Berakhoth 6:7: “Ceci est la règle générale: chaque fois qu'un aliment est pris avec un auxiliaire, une bénédiction est dite sur l'aliment principal et elle sert également pour l'aliment auxiliaire.”

Le pignon :

Michna Berakhoth 6:8: “Si une personne a mangé des raisins, des figues ou des grenades, elle dit des bénédictions qui en sont trois après les avoir mangés. Ainsi dit Rabbi Gamliel. Cependant les Sages disent: (la personne doit dire) une bénédiction qui en inclut trois.” Rabbi Gamliel fait référence aux bénédictions d'après le repas (Birkhath Hamazone) car selon lui, on doit dire ces bénédictions pour les fruits pour lesquels la terre d'Israël est louée. Cependant, la loi est d'après les Sages.

Le micocoulier occidental ou la prune :

Michna Berakhoth 7:1: “Si trois personnes ont mangé ensemble, elles doivent s'inviter (mutuellement afin de dire les bénédictions).”

Le lupin ou la noix de pécan :

Michna Berakhoth 8: 1: “Selon Beth Chamaï , il faut dire en premier la bénédiction du jour (ex. Qidouch le Chabath ou les jours de fête) et ensuite la bénédiction sur le vin. Cependant, selon Beth Hillel, il faut dire en premier la bénédiction sur le vin et ensuite, celle du jour.”

Nous buvons maintenant le quatrième verre de vin en nous penchant sur notre gauche. Après le quatrième verre, la soirée se poursuit en chansons, en danses et avec l'étude de la Tora, le tout pour la gloire de l'Éternel. On mange encore dix autres espèces de fruits, ce qui fait un total de trente pour le Séder.

Le repas de fête :

Nous faisons maintenant la bénédiction après s'être lavé les mains, puis celle sur le pain.

Un repas de fête est servi pendant lequel l'esprit de fête doit être partagé par tous. La joie et le plaisir d'être vivant doivent nous permettre de rester éveillés en chantant, en dansant et en partageant des mots de Tora. Le bon vin sera apprécié (avec modération) et la nourriture sera succulente. BON APPÉTIT!

Il est important de prier pour l’étrog que nous aurons lors de Souccot, d'imaginer sa taille, sa couleur, sa forme...

Selon les écrits mystiques, il existe quatre mondes.

En ordre décroissant de pureté, ces quatre mondes sont:

'Atsilouth – Le monde de l'émanation; le monde le plus proche de Dieu – La première partie du Séder.

Bryia – Le monde de la création – La deuxième partie du Séder.

Yetsira – Le monde de la formation – La troisième partie du Séder.

'Assyia – Le monde de l'action – La quatrième partie du Séder.

13/1/2014

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.

Vos réactions : 1

(1) Michel Louis Lévy, January 15, 2014 7:22 PM

"Le Séder de Tou Bichevat représente le début d'un compte à rebours de 60 jours qui nous séparent de Pessa'h." Quand il y a VeAdar, comme en 2014, cela fait 90 jours, et Tou BiChvat tombe trop tôt en nos contrées.

 

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub