cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
  • Lecture de la Torah: Noa'h
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Mon copain non-juif

Mon copain non-juif

J’étais farouchement opposée aux mariages mixtes. Alors pourquoi m’étais-je éprise de ce non-juif au physique ravageur ?

par

J’avais toujours été celle qui clamait haut et fort qu’elle n’épouserait jamais, au grand jamais, un non-juif. Ce n’était même pas par crainte de la réaction de mes parents. Eux n'avaient même pas besoin de me le dire ou de s’en inquiéter : mon éducation juive tant à la maison qu’à l’école était mon garde-fou. J'étais tellement attachée à mon identité juive qu’une trahison de ma part n'était même pas une statistique envisageable.

Certains de mes amis commencèrent à sortir avec des non-juifs. Je coupai les ponts avec eux en signe de protestation silencieuse, puisque mes mots, eux, n’avaient guère réussi à leur faire entendre raison. J’en vins à la conclusion très imbue de ma petite personne, que nous n’avions rien en commun puisqu’ils avaient décidé de reléguer leur identité juive au placard. Pour ma part, je me sentais très maître de la situation avec la mienne, si bien que je devins même responsable d’un mouvement de jeunesse sioniste et me mis à fréquenter tout un nouveau groupe de gens remplis d’idéal.

Rabbi Hillel dans le Talmud nous met en garde, il faut se montrer prudent et éviter de porter un jugement sur autrui si nous n’avons jamais eu à affronter une telle situation. Et je fonçais tout droit vers ces mêmes situations.

Le prince charmant

Un beau soir, j’ai assisté à une soirée organisée pour des amis qui rentraient d’un séjour d’un an en Israël. C’était un beau moment, chargé d’inspiration, de souvenirs et de promesses d’avenir. Alors que nous étions tous réunis autour des albums-photos, j'ai fait comme si je n’avais pas remarqué le type séduisant assis à côté de moi.

Tu ne sors pas avec des non-Juifs, et il le comprend très bien. Il veut juste faire ta connaissance.

Je ne me souviens pas lui avoir fait la conversation, mais apparemment j’ai bien dû marmonner deux ou trois remarques pas trop stupides, car le lendemain matin, l’organisatrice de la soirée m’a informée que Mr. Beau Gosse avait demandé après moi. Alors que je reprenais lentement ma respiration, elle a mentionné en passant : « Oh, je lui ai dit que tu ne fréquentes pas des non-juifs, et il le comprend très bien. Il veut simplement faire ta connaissance. Il t’a beaucoup appréciée. »

La situation était délicate, pour le moins qu’on puisse dire. Je me retrouvais donc poursuivi par un type au physique ravageur et sans aucune concurrente sur la liste. (Un peu…) Monsieur était cadre dans une boite de publicité. (Beaucoup…) Monsieur avait une moto. (Passionnément…) Et, si tout cela ne suffisait pas à satisfaire mon ego, Monsieur était pilote d’avion. (A la folie…)

A l’aide !

Une nuit inoubliable

Nous avons convenu d’une date pour nous rencontrer. Je m’étais convaincue que ce ne serait qu’une soirée totalement inoffensive qui viendrait rajouter des points à mon profil de séductrice. J’ai décidé de ne rien dire à mes parents.

Au début, on a vroumé un peu sur sa moto. Puis on a parlé, et ri, et parlé et ri encore. Bon Dieu… C’était plus difficile que je ne le pensais. Je ne voulais pas que la nuit se termine. Lui non plus. Alors, chose incroyable, à la première rencontre, nous avons déjà évoqué sa future conversion… C'était son ticket gagnant, il aurait droit à une deuxième rencontre.

Et une troisième, et une quatrième. Les choses devenaient sérieuses, mais je refusais d’en voir les conséquences puisque, comment vous vous en souvenez, j’étais une farouche opposante aux mariages mixtes. Il me fallait me rendre à l’évidence, je ne pourrais plus longtemps cacher cette situation à mes parents.

Le cinquième commandement

L’aveu s’est déroulé dans un restaurant. J'ai simplement informé mes parents que je sortais avec un non-juif, mais surtout qu’ils ne s’inquiètent pas. Ils devraient me connaître assez bien pour savoir que je n'allais jamais l'épouser. Ils n'ont pas dit grand-chose et c’est tout à leur crédit. Non pas parce que nous étions dans un lieu public, mais parce qu'ils étaient assez intelligents pour savoir réfléchir avant de parler. Le dîner s’est terminé péniblement, avec comme bruit de fonds le triste cliquetis des couverts, chacun jouant avec la nourriture dans son assiette, nourriture que nous n’avions pratiquement pas touchée.

Je voulais tellement honorer mes parents. Pourquoi ne pouvaient-ils pas m’accorder leur confiance ?

Le lendemain matin, j’ai servi à mon père, comme à mon habitude, son traditionnel petit-déjeuner du dimanche au lit. Il m’a remerciée d’une petite voix. Il pleurait. Je ne l'avais pas vu verser une larme depuis que sa mère était décédée, plus de dix ans auparavant.

Plus tard, alors que j’aidais ma mère dans la cuisine, elle a déclaré soudainement : « Je veux que tu saches que nous ne serons pas impolis avec lui si tu l'amènes ici. Mais ne compte pas sur nous pour être autre chose que courtois. Cela sera tout simplement trop dur. »

Je voulais tellement honorer mes parents. Pourquoi ne pouvaient-ils pas m’accorder leur confiance.

En quête d'un conseil juridique

Le lendemain, je me suis retrouvée en voiture avec mon père. Nous nous sommes garés devant la maison. Nous sommes restés assis là pendant plusieurs minutes, chacun de nous, perdus dans nos pensées. Moi, dans ma bulle d'auto-gratification optimiste, et mon père lui, portant le deuil de la perte potentielle de générations futures. C’est moi qui ai fini par briser ce silence pesant :

— Papa, pourquoi est-ce si important que les Juifs se marient avec des Juifs ?

— Parce qu'il est important que nous préservions notre héritage qui est unique, a-t-il répondu, surpris que cette question si fondamentale émane de moi.

Désolée, je refusais d’avaler ça. Aussi, ai-je riposté :

— D’accord, mais qu’est-ce qu’il y a de si particulier dans notre héritage, je veux dire, pourquoi est-ce TELLEMENT important qu'il y ait des Juifs dans le monde ? 

— Parce que nous sommes censés être une lumière parmi les nations, a t-il renchéri, se demandant comment tout cela allait se finir. Je continuais à bien appuyer, avec comme cible, sa trachée artère.

Si notre héritage est si spécial, pourquoi est-ce que nous mangeons au McDonald et que nous n’observons pas Chabbat?

— Alors, papa, si notre héritage est si spécial, et que nous devons être une lumière parmi les nations, et que tout mon avenir en dépend, pourquoi est-ce que je mange au McDonald et pourquoi bon sang n’observons-nous pas Chabbat! »

De nouveau, le silence. Cette fois-ci, c’est à mon père de le briser : « Je ne sais pas. Je suppose que je n’ai jamais pensé à ça jusqu'à présent, a-t-il admis, un brin honteux.

Pour la première fois, j'avais rendu mon brillant avocat de père muet. Mais il lui restait encore un atout dans sa manche. Sa logique riche d’expérience.

— Écoute, si, comme tu le dis, tu ne vas surement pas te marier avec ce type, alors pourquoi diable continues-tu à le fréquenter? Si c’est dur pour toi d’arrêter de le voir maintenant, imagine alors combien ça va être difficile plus tard, puisque de toutes les façons, il y aura un moment où cette histoire devra s’arrêter, d’après ce que tu dis. Pourquoi une fille intelligente devrait-elle s’infliger ça à elle-même, ou pire, à la personne dont elle prétend se soucier ? 

Il avait raison.

Mon cœur était rempli de respect pour mes parents et du désir de leur plaire. Je sentais tout le poids de mon identité juive sur mes petites épaules. Qu’est-ce que j’essayais exactement de préserver et de protéger? Après tout, je n'étais pas religieuse. Pourquoi avait-il toujours été si évident, si clair pour moi que je ne me marierais qu’avec un Juif ? Et qu’était-il donc arrivé à cette certitude?

Pour moi, le fait d’être Juif avait toujours été facile, allant de soi. Une école juive, des amis juifs, une maison traditionnelle juive. Il n’y avait jamais eu de remise en question, de menace, de tentation. Aucune raison d’y penser ou de soulever un peu mes ornières. Mais à présent, sonnait l’heure de vérité pour mon éducation juive, testant ainsi son excellence. Allait-elle se révéler suffisante pour me sauver?

Alors j’ai pris la barre des témoins. Pour la première fois de ma vie, j'ai réfléchi en toute conscience à ce que j’étais, à ce que je voulais être, et à ce qui m’importait sincèrement. J'étais d'abord et avant tout une Juive. Mon héritage était important. Je voulais qu'il puisse continuer à faire partie de ma vie. Et il était vital que mon futur mari ressente la même chose.

Mon verdict est tombé : Seule une forte identité juive sauve les Juifs.

La rupture

A partir de là, la décision n’a pas été si difficile que cela. Un appel téléphonique bref et tendu a sonné le glas de ce qui aurait pu devenir l'erreur de ma vie. Je ne l’ai plus jamais revu ni ne lui ai jamais parlé depuis, bien que j'en aie pleuré pendant des jours. Je ne sais pas vraiment pourquoi mais cela doit avoir un lien avec mon âme.

Cette histoire s’est déroulée il y a près de vingt ans, mais en regardant de nos jours les chiffres effrayants de l’assimilation, elle aurait pu tout aussi bien se dérouler hier.

J'ai failli devenir moi-même une statistique, si ce n’est ce facteur rédempteur: je me souciais de mon identité

Je crois que c'est le facteur qui peut faire la différence. Celui que nous devons développer dans nos communautés : le fait de nous soucier de notre identité, le fait de nous soucier du peuple juif, de notre héritage, de notre message aux nations, de notre passé, de notre avenir, de nos  générations futures. Nous soucier de nos parents, nous soucier les uns des autres. Si nous voulons que le peuple juif survive, nous devons nous soucier de toutes ces choses, bien plus que de notre propre petite personne.

Revenir à l'essentiel

Comment pouvons-nous de manière concrète entretenir une relation saine et épanouie avec notre Judaïsme ? Cela commence, se poursuit et se termine dans nos maisons. Point final.

Entretenir une bonne relation avec notre Judaïsme commence, se poursuit et se termine à la maison. Point final.

Toutes les écoles privées juives, les activités extrascolaires, le tutorat, les groupes de jeunes, les activités sociales, les événements communautaires, les sites internet, les clubs de rencontres et les groupes de soutien doivent livrer un combat de titan en terrain difficile et se trouvent en net désavantage face aux multitudes de Juifs qui grandissent dans des maisons vides de tout Judaïsme.

Les établissements d’éducation juive et les groupes communautaires sont les lignes de survie nécessaires qui relient nos maisons à notre avenir collectif. Nous avons besoin de nous nourrir de plus de Judaïsme afin d'assurer leur succès.

Nous voulons que nos enfants comprennent l’importance de ce que signifie être juif. Nous avons besoin d’alimenter leur identité juive, au point qu'elle en devienne innée. C’est dans nos foyers que nous la cultivons et dans nos maisons que nos enfants apprennent à en prendre soin. Nos foyers sont l’endroit dans lequel nous apprenons à nos enfants ce qui importe et ce dont il faut prendre soin.

Beaucoup de gens ressentent la nécessité de faire un grand sacrifice pour vivre leur Judaïsme. Ne pas le vivre constitue un bien plus sacrifice. Nous ne pouvons renoncer et nous satisfaire de cette situation par manque de financement, de connaissances, d’une bonne adresse ou d’un cercle social adapté. La bonne nouvelle est que le fait de se soucier d’autrui n’exige aucun sacrifice. Bien au contraire, c'est une chose agréable et à la portée de tous.

Comment pouvons-nous introduire une dose de Judaïsme dans nos maisons ? Demandez donc à ceux qui ont grandi avec, ils vous répondront tous la même chose: ce sont les rituels les plus simples qui ont le plus d'impact. L’allumage des bougies le Chabbat, la décoration de la Soucca ou manger les Matsot à Pessah, la présence de Mezouza sur chaque porte, ou celle de livres juifs posés fièrement sur la table du salon, la récitation du Chema Yisrael avec ses enfants, l’accrochage d’un drapeau israélien lors de la Journée de l'Indépendance d'Israël. Ce sont ces moments-là  qui très certainement, peuvent enfin faire apparaitre un Juif que son identité ne laisserait plus indifférent : ces moments qui le cisèlent, qui le modèlent, qui le tirent véritablement de cette matière à l’état brut que représente la menace de l'assimilation.

Notre Torah et notre calendrier juif sont remplis d'un véritable trésor, celui de nos traditions et de notre rituel, qui mettent en valeur nos vies et rehaussent de façon unique nos expériences, par des instants mémorables de célébration et de sagesse, tous parfumés de cette saveur juive inimitable

Ce sont ces moments qui m'ont gardée, brebis un instant égarée, dans le troupeau. Ils peuvent aussi avoir un impact sur vous et sur vos enfants.

Publié: 4/2/2013


Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.

Vos réactions : 9

(6) GoyBoy, June 21, 2014 8:09 PM

Vous les juifs vous êtes vraiment atteints. Je suis tombé par hasard sur ce site et je trouve cet article consternant. A l'heure où le monde s'ouvre à l'international, vous êtes encore complètement renfermés sur vous même. Tirez la sonnette d'alarme les gars et réagissez. Vous êtes humains comme les 7,5 milliards d'autres. Après faut pas vous étonnez si les non-juifs finissent par vous prendre pour des racistes: franchement il y a de quoi. La valeur d'un homme ne réside pas dans sa religion mais dans ses valeurs personnelles. Heureusement que je ne lis pas ce genre de crachas à la face du monde tout les jour parce que sinon je pense que je finirais par avoir la même réaction de rejet que vous avez vis-à-vis de moi, le goy. Désolé mais je m'exprime avec sincérité: votre vision du monde est d'un archaïsme terrifiant.

(5) Toussaint Michèle, May 26, 2014 2:06 PM

identité / identification

La quête d'identité va de pair, il me semble, avec une recherche des valeurs que je prends comme lumières sur mon chemin. Cela me fait penser à un épisode dramatique de la vie d'Etty Hillesum au camp de Westerbork, au moment où en totale rupture avec sa ligne de conduite elle va solliciter du chef du camp le maintien de ses parents au camp alors qu'ils sont inscrits sur la liste des prochains déportés à Auschwitz.
"Briser les moules auxquels je me suis identifiée", peut-être que le processus de maturation psychique exige de certains qu'ils en passent par là?? Et cette brisure- là est aussi peut-être une des nombreuses interprétations possibles du "palais aux vases brisés" ( Chevirat Kelim). Il n'y a pas que l'appartenance à une communauté comme marque essentielle de l'identité d'un individu, il y a aussi la filiation spirituelle.

(4) monk, February 24, 2014 5:12 PM

c'est dans le subconscient peut etre!

je pense que cette idendite forte chez les juifs provient des pogroms vecus tout au long de l'histoire depuis l'exode. elle est dans le subconscient des juifs et c'est le 1er reflexe de defense. Il est vrai que les juifs, par leur reussite dans pas mal de domaines attisent la jalousie des autres communautes qui se disent, eux ils reussissent, pourquoi pas nous? Ils ne voient que la partie apparente de l'iceberg et ils ne savent pas que derriere la reussite, il y a beaucoup de sacrifices. Helas, l'igorance les aveuglent. Ceci dit, je ne suis pas juif.

(3) tsiporah, December 24, 2013 5:01 AM

MONSIEUR ROGER !
on ne marie pas un poisson avec un oiseau
l un vit dans l eau et l autre dans les airs
il n y a la aucun racisme
sans sa torah un juif se renie et finit souvent par disparaitre alors pourquoi faire disparaitre par les mariages mixtes un peuple porteur d un si beau message .le monde a besoin autant des poissons que des oiseaux .alors respectons cette volonte de rester soi meme pour ceux qui le souhaitent.

jacques albeldas, February 24, 2014 4:07 PM

et qui est l oiseau et qui est le poisson?

car loiseau lui il mange le poisson sans meme reflechir? l ironie dans cette histoire c est que les enfants d une juive son juif et risque de devenir plus juif que le juif. En outre les enfants un juif mais mere non juive sont perturbe par le rejet que la communautee juive a envers eux. Ce rejet est chatastrophique au temps pour l enfant que la communautee en entiere. L assimmilation vient souvant par le rejet d un demis juif. maintenant si notre croyance est forte nous pouvons nous prendre pour l oiseau qui vole si pres de Dieu mais si notre incertitude est plus fort que nous nouse devenons le posson qui si facillement deviendrai la cible de la destruction de notre temple si precieux! La realitee c est que nous sommes hommes et femmes et tristement l amour nous amennent a voir dehors de son cercle. Mais si la communautee ne nous jete pas dehors la chance est que nos enfant demi juif reviendrons a notre croyance avec plus de force que son parent

Afficher toutes les réactions

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub