cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Meurtre à Londres : Œil pour œil, dent pour dent ?

Meurtre à Londres : Œil pour œil, dent pour dent ?

Le terroriste a justifié son geste meurtrier en invoquant le fameux principe de la Torah "Œil pour œil, dent pour dent". Tragique contresens…

par
Plus...

L'impensable est arrivé dans une rue calme du Sud-est de Londres, dans un morne après-midi de mercredi pluvieux. Deux terroristes islamistes – Michael Adeboloja, un Nigérien converti à l'Islam, et son complice – ont sauvagement assassiné un soldat britannique en plein jour. Ils ont lacéré son corps avec des couteaux et des machettes, ont traîné son cadavre éventré dans la rue, ont ensuite crié des messages djihadistes tout en se prenant mutuellement en photos avec leur Smartphones. Quand la police est arrivée, les deux meurtriers les ont visés avec des hachoirs de bouchers, jusqu'à ce que des tireurs d'élite réussissent à les abattre.

A quelques heures d'intervalle, en Floride, les agents de FBI interrogeaient Ibrahim Todashev, un autre djihadiste présumé, accusé de complicité avec les poseurs de bombe de l'attentat du Marathon de Boston. Ils ont dû le neutraliser en tirant a bout portant après qu'il eut tenté de les agresser pendant leur interrogatoire (selon les sources de l'agence fédérale).

Les experts du terrorisme lui prédisent une nouvelle ère menaçante et dangereuse : celle du fanatique solitaire, "auto-radicalisé", qui vient à la violence de lui-même, de façon indépendante, sans avoir été recruté par un groupe terroriste formel. Cette auto-radicalisation passe par la lecture et l'écoute de discours extrémistes virulents disponibles sur internet, et représentant en général l'Islam international comme une communauté déconsidérée, assiégée par des ennemis venus de tous côtés et donc acculée à une exigence urgente de défense violente. Ces acteurs solitaires du Jihad trouvent de plus en plus facilement une assistance en ligne sous forme de communauté virtuelle, voire même de conseils pratiques dans la façon de planifier des attentats en "free-lance".

Bien qu'il soit encore trop tôt pour connaître tous les détails des assaillants de Londres, les vidéos que les passants ont pu capturer sont très révélatrices de leur endoctrinement : "Nous jurons par Allah Tout-Puissant." Ou encore ce passage lors duquel l'un des terroristes brandit un couteau ensanglanté en criant le symbole de la loi du talion: "Œil pour œil, dent pour dent !"

Une traduction littérale à contresens…

On peut légitimement être choqué d'entendre le formule "Œil pour œil, dent pour dent", tirée de la Bible hébraïque (l'Ancien Testament) - (Exode 21:24, Lévitique 24:15), dans la bouche d'un terroriste venant d'éventrer une innocente victime. Ces mots peuvent-ils vraiment être utilisés pour justifier la violence ?

Notons tout d'abord que pendant des siècles, l'antisémitisme chrétien a utilisé cette expression "Œil pour œil, dent pour dent", en l'altérant sciemment, afin de dépeindre l'Ancien Testament - et par extension les Juifs et le judaïsme - comme barbare et sanguinaire, plus préoccupé de la lettre de la loi que de la pitié ou de circonstances atténuantes.

La vérité est que les terroristes de Londres ont eux aussi complètement dénaturé cet enseignement juif, à tous les niveaux. Et ce faisant, ils ont ironiquement montré combien il serait souhaitable que l'idéal juif de justice devrait au contraire guider notre monde d'aujourd'hui, en proie à la violence et à la colère.

L'expression "Œil pour œil, dent pour dent" se réfère à l'indemnisation de la victime par le fautif, compensation d'ordre monétaire et proportionnée à la valeur de ce qui a été perdu ou endommagé lors de l'accident ou de l'agression.

Dans la loi juive, l'expression "Œil pour œil, dent pour dent" se réfère à l'indemnisation de la victime par le fautif, compensation d'ordre monétaire et proportionnée à la valeur de ce qui a été perdu ou endommagé lors de l'accident ou de l'agression. Le Talmud (Bava Kama 84b) explique que lorsque l'on a causé à autrui un dommage irréparable, on est obligé de lui rétrocéder ces "manques" par de l'argent – l'indemnisation venant en contrepartie de la douleur, de la souffrance, des frais médicaux et des durées d'incapacité de travail.

Aux temps anciens où le Temple existait encore à Jérusalem, cette loi a été appliquée par des tribunaux. Il ne s'agissait pas de justice parallèle exercée à la sauvette par des particuliers ou des milices. Le système était officiel et transparent : tout le monde connaissait le barème appliqué et les raisons de son application.

De nos jours, certains systèmes "judiciaires" se targuent d'avoir conservé la version littérale du fameux slogan "Œil pour œil, dent pour dent". Ainsi  un tribunal d'Arabie Saoudite a récemment condamné un homme qui en avait blessé un autre, devenu depuis tétraplégique, à être paralysé lui-même !

Cela dit, si la loi du talion désigne simplement un système de compensation monétaire, pourquoi la Torah l'exprime-t-elle d'une façon si provocatrice ? Pourquoi utiliser un langage qui prête à confusion, voire à contresens si on l'interprète de façon littérale ?

L'une des figures majeures du judaïsme du XXème siècle, le Rav Avraham Karérlitz (connu sous son nom de son œuvre majeure le 'Hazon Ish) a expliqué que nombre de lois concernant les affaires criminelles de l'Israël antique viennent étayer les valeurs juives cardinales : la compassion et l'empathie. En ajustant une compensation monétaire à une blessure réelle, la Torah nous dit que rien ne peut être détruit de façon gratuite. Si nous sommes obligés d'indemniser le mal causé à l'Autre, nous devons aussi partager sa douleur et prendre la mesure morale de la perte que nous lui avons causée.

Au lendemain de la terrifiante attaque de Londres, nous sommes amenés à réfléchir à un sujet moral majeur. A mille lieux du contresens du tueur qui se targue d'appliquer le principe biblique du "Œil pour œil, dent pour dent !", la véritable philosophie de cette expression est tout simplement inverse : faire preuve de plus de compassion et de sensibilité envers autrui. Ainsi la loi du talion enseigne comment nous devons résister à l'obscurantisme qui tua à Londres : avec compassion, pas avec haine.

25/5/2013

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.
 

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub