Actualité

Michel-Ange et la controverse autour du Nouvel An

28/12/2015 | par rabbin Benjamin Blech

5776 ou 2016 ? Et si la réponse se cachait au cœur de la Chapelle Sixtine ?

Parmi les nombreux chefs-d'œuvre dus au pinceau prolifique de Michel-Ange, le plus célèbre est sans conteste la fresque ornant le plafond de la Chapelle Sixtine, et qui dépeint la création d'Adam.

Ce qui est moins connu en revanche, c'est l'histoire fascinante retraçant le choix du sujet par l'artiste. La décision de Michel-Ange de dépeindre la création de l'Homme fut prise suite à la divergence qui l'opposait au Pape de l'époque au sujet de la fixation du jour du Nouvel An dans le calendrier grégorien.

L'ensemble du monde occidental s'apprête à tourner la dernière page de son calendrier 2015 pour entamer celui, flambant neuf, de 2016. Même si, comme l’écrasante majorité de mon entourage, je ferai de même, je dois vous avouer que ce changement conventionnel me laisse de marbre….

Car en ce qui me concerne, nous sommes aujourd'hui en 5776, date du calendrier hébraïque. Et c’est précisément sur ce point que se noue la très profonde divergence de perspective qui oppose le monde juif et le monde occidental sur Dieu et sur la philosophie de l'Histoire.

Les Juifs, ou plutôt le judaïsme, ont apporté à l'humanité le concept du monothéisme: un seul Dieu a créé le monde dans son immensité, ainsi que toutes les créatures qui l'habitent. Le premier être humain a été créé à l'image de Dieu, et tous ses descendants sont légataires de ce lien divin.

Le concept d'universalité est intrinsèquement lié au récit biblique de la Création

Pourquoi Dieu a-t-il choisi de commencer l'histoire de l'humanité en créant un être unique? Le Talmud explique qu'ainsi personne ne peut dire à autrui "mon père était mieux que le tien" (traité Sanhédrine 37a). Nous sommes ainsi une même famille : un même père pour tous les peuples fait de nous des frères et des sœurs au sens premier du terme. Adam n'est pas seulement un homme ; il est tous les hommes. Chrétiens ou Juifs, noirs ou blancs, Américains ou Asiatiques, nous sommes tous créés par Dieu, à "Son" image.

Le concept d'universalité est donc intrinsèquement lié au récit biblique de la Création. Et c'est pourquoi le judaïsme affirme que la cadence de l'histoire et du temps doit être marquée par la création du premier homme. Car c'est l'humanité qui donne sa raison d'être à la Création.

Notons que le calendrier juif ne commence pas à la naissance d'Abraham. Pourtant on sait l'importance de ce Patriarche qui a éveillé le monde au monothéisme. Le judaïsme n'élève pas la naissance du peuple juif, ou le moment où il reçoit la Thora au Mont Sinaï au pinacle qui justifierait de commencer à dater le temps. Non, nous sommes en 5776, soit très exactement le nombre d'années qui délimitent le cadre de la famille humaine.

Le message du calendrier datant de 2016 ans est bien autre. Il prend sa source dans un concept théologique. En débutant avec la naissance de Jésus, il offre une signification très différente de l'histoire. En commençant ainsi le décompte des années par cet évènement, il déclare très nettement que tout ce qui est arrive précédemment est insignifiant.

Le christianisme a remplacé le calendrier juif enraciné dans une vision universaliste par une éphéméride célébrant une vue particulariste de l'histoire. Dès ses origines, le christianisme prétend que le salut passe exclusivement par l'acceptation de Jésus.

Le pied de nez de Michel-Ange à l’Eglise

C'est très exactement sur ce débat de fond que Michel-Ange va intervenir avec brio.

Le Pape Jules II, qui régnait sur l'Eglise dans la première partie du XVIème siècle, souhaitant laisser au monde matériel un souvenir éternel de sa papauté. Il commissionna donc Michel-Ange pour embellir le plafond de la Chapelle Sixtine. Ses instructions étaient claires : il demandait à l'artiste de réaliser des fresques peintes retraçant les vies de Jésus et Marie.

Mais Michel-Ange avait d'autres plans en tête. Pour les réaliser, il dut user d'une ruse audacieuse. Il accepta la commande à la condition expresse que personne ne put interférer dans son travail tout au long de sa réalisation. Et pour s'assurer que personne ne put voir ce qu'il faisait pendant les 4,5 ans que dura le projet, il tendit une toile sous son échafaudage qui culminait à plus de 19 mètres de hauteur, au prétexte de protéger le sol de toute goutte de peinture qui pourrait y tomber.

Michel-Ange a délibérément et radicalement désobéi aux ordres du Pape. 95 % des fresques du plafond de la Chapelle Sixtine sont issus de l'Ancien Testament.

Quand le temps fut venu de dévoiler son chef-d'œuvre, le Pape fut consterné de constater que Michelangelo n'avait absolument pas tenu compte de ses ordres. Le plafond de Chapelle Sixtine n'était orné d'aucun Jésus ou Marie, ni d'aucune autre figure du Nouveau Testament. 95 % des thèmes étaient empruntés à l'Ancien Testament. Quant aux 5 % restants, ils étaient… païens !

Les ruses employées par Michel-Ange pour sauver sa peau après avoir désobéi ouvertement à un ordre papal constituent une histoire fascinante à part entière, que je développe longuement dans le livre que j'ai cosigné avec Roy Doliner "Les Secrets de la Chapelle Sixtine : les messages interdits de Michel-Ange au cœur du Vatican". Ce que je voudrais clarifier ici est la motivation de Michel-Ange dans ce défi audacieux.

Alors qu'il était un jeune adolescent, Michel-Ange fut adopté par Laurent de Médicis, lequel était probablement l'homme le plus riche de la planète à cette époque. Ses remarquables capacités intellectuelles lui précepteurs de jouir de l'enseignement des mêmes précepteurs que les propres fils du mécène. Le plus flamboyant de ces maitres était Pico della Mirandola, réputé à la fois pour son génie mais aussi pour son engagement en faveur des idées universalistes et des idéaux égalitaires qui n'étaient pas monnaie courante à l'époque. Pico reconnaissait volontiers que ses vues politiques avaient été largement façonnées à la lecture des textes juifs et de l'étude de la Torah. C'est ce goût pour le Talmud, ainsi que son intérêt pour la Cabbale, qu'il transmit à Michel-Ange.

Michel-Ange avait reçu ordre d'orner le plafond de la chapelle Sixtine avec le même concept que le calendrier chrétien : l'histoire commence avec Jésus. Mais l'élève de Pico della Mirandella ne ​​pouvait pas taire, dans la plus célèbre des chapelles de l'Eglise, la réalité du départ commun de l'humanité, l'esprit de l'universalisme qui imprègne le premier chapitre de la Genèse. Voilà pourquoi Michel-Ange osa représenter dans ces fresques les histoires des premiers chapitres de la Bible, en commençant par la création d'Adam.

Et c'est ainsi que la peinture la plus célèbre de l'art occidental vit le jour. Autant vous dire que si Michel-Ange avait au à choisir la date de l'année qui approche, il aurait très certainement préféré 5776 à 2016!

Related Articles

Donnez du pouvoir à votre voyage juif

Inscrivez-vous à l'e-mail hebdomadaire d'Aish.com

    linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram