cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Le Who’s Who des célébrités de la Méguila

Le Who’s Who des célébrités de la Méguila

Saviez-vous qu’Assuérus était garçon d'écurie avant de devenir roi ? Que Vachti était réfugiée de guerre ? Découvrez la Bible rouge des célébrités, Édition Méguila !

par
Plus...

Assuérus, Mordé'haï, Vachti, Aman, Esther : a priori, tout le monde connaît les personnages qui figurent dans la Méguila. Et pourtant, nombreux sont ceux qui ignorent qu'Assuérus était garçon d'écurie avant de devenir roi, que Vachti était la seule survivante du massacre perpétré par l'armée perse dans le palais de Balthazar, fils de Nabuchodonosor, que Mordé'haï faisait partie des pionniers qui, juste après la déclaration de Cyrus, ont quitté Babel pour retourner à Jérusalem. Plus de détails dans ce dossier où l'histoire de Pourim se replace dans son contexte historique.

« Ce fut au temps d'Assuérus, de ce même Assuérus qui régnait, de l'Inde à l'Éthiopie, sur cent vingt-sept provinces »

Assuérus est assimilé par les historiens contemporains à Xerxès 1er, roi de Perse entre -485 et -465. Il était selon eux le fils de Darius 1er, descendant du fondateur de l'Empire achéménide, Cyrus le grand, vainqueur du puissant empire babylonien.

Toutefois, selon le Midrach, Assuérus ne serait en fait que le garçon d'écurie du père de la reine Vachti, Balthazar. C'est par la force de l'épée et à l'aide de manigances et de complots qu'il aurait conquis le trône perse. Vachti, dès lors qu'elle désirait humilier son mari, n'avait de cesse de rappeler cette « tare », ce qui, selon le Midrach, causera finalement sa perte, bien plus que son refus d'obéir au roi. Quand à Cyrus II, c'était le fils d'Esther et d'Assuérus.

Suse, la capitale, vivait un homme originaire de Judée, portant le nom de Mordé'haï, fils de Yair, fils de Séméi, fils de Kich, de la tribu de Binyamin. II avait été déporté de Jérusalem avec les captifs emmenés en même temps que Ieconia, roi de Juda, par Nabuchodonosor, roi de Babylone ».

Lorsqu'environ 50 ans après la destruction du Premier temple, en -538, le roi Cyrus publie sa fameuse déclaration, dans laquelle il permet à tous ceux qui ont été déportés de leur pays par les rois babyloniens d'y retourner, Mordé'haï fait partie des 42 000 Juifs (5 % des Juifs exilés) qui quittent Babel pour rejoindre Jérusalem et restaurer le Temple.

Mais un complot mené par les Samaritains, qui affirment au roi perse que la construction du temple entraînerait une révolte des Juifs, met un terme au retour vers Jérusalem. Durant 18 ans, la Perse impose le gel de la construction sur Jérusalem : pas un bâtiment ne doit y être érigé. C'est à cette époque que se déroule l'histoire de Pourim...

« La reine Vachti refusa de se présenter, suivant l'ordre du roi transmis par les eunuques »

Vachti était donc, selon le Midrach, la petite-fille du roi Nabuchodonosor. Elle est présente lors du festin donné par son père, Balthazar, fils de Nabuchodonosor, qui se déroule avec, en toile de fond, l'arrivée imminente des armées perses. Le livre de Daniel raconte comment ce festin se termine dans un bain de sang. Vachti est la seule rescapée et elle est mise en captivité puis prise pour épouse par Assuérus.

« À la suite de ces événements, le roi Assuérus éleva Aman, fils de Hamedata, l'Agaghite, en l'appelant à la plus haute dignité, et lui attribua un siège au-dessus de tous les seigneurs attachés à sa personne »

La Méguila choisit de nommer Aman l'Agaghite pour rappeler à notre souvenir l'histoire du roi Chaoul qui, dans un moment de faiblesse, refusa de tuer Agag, roi d'Amalek, alors qu'Hachem le lui avait ordonné. C'est de Agag que descend donc Aman « 'le méchant »', mû par une haine quasi pathologique contre les Juifs.

Le Midrach nous raconte que la première rencontre entre Aman et son ennemi juré, Mordé'haï, ne se déroule pas à Suse mais en Eretz Israël. Aman est en effet l'émissaire dépêché à Suse par les Samaritains désireux de mettre un terme à la restauration du Temple. Mordé'haï, de son côté, est l'envoyé des Juifs, soucieux d'empêcher que le roi Perse n'impose un décret interdisant toute construction à Jérusalem. Les deux hommes font la route ensemble et nos Sages nous racontent comment, au milieu du chemin, Aman, assoiffé, n'a plus une seule goutte d'eau à boire. Il demande alors à Mordé'haï de lui vendre un peu d'eau. Mordé'haï accepte, à condition qu'Aman reconnaisse lui être assujetti puisqu'il lui a sauvé la vie. Aman signe alors une reconnaissance de dette sur la chaussure de Mordé'haï, qui lui donne de l'eau.

Lorsqu'Aman deviendra le premier des ministres d'Assuérus, il exigera de tout le peuple de se prosterner devant lui. Un seul homme refusera de se plier à ce commandement : Mordé'haï, qui n’hésitera pas à brandir sa chaussure pour rappeler à Aman qui est le serviteur de qui...

 

12/3/2014

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub