cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Le mois de Chevat vu par la Kabbale

Le mois de Chevat vu par la Kabbale

Chaque mois du calendrier hébraïque recèle un sens mystique. Chevat nous enseigne les sources de la sagesse.

par

Le mot chevat en hébreu signifie bâton ou verge. Un bâton peut être utilisé comme un symbole de pouvoir ou comme une canne afin de s’y appuyer. Il est au service d’un maître. C’est le thème qui est sous-jacent à ce mois.

La constellation associée à Chevat est le seau d’eau. Ce symbole représente également un objet utile aux hommes. On l’emploie pour puiser de l’eau. Dans le domaine de l’astrologie laïque, ce symbole n’est pas le seau mais le porteur d’eau. (C’est l’un des deux signes du zodiaque qui diffère légèrement de ceux de l’astrologie laïque.)

Le seau n’a qu’une seule fonction: tirer et transporter de l’eau, c’est-à-dire, être un instrument de transmission.

Le symbolisme du seau d’eau est très significatif. Le seau n’a qu’une seule fonction, qu’un seul dessein, qu’un seul but : tirer et transporter de l’eau, c’est-à-dire, être un instrument de transmission. Servir, c’est là toute son essence. Il n’est pas une fin en lui-même. Il est censé être un instrument pour quelque chose d’autre.

L’eau, telle que la pensée juive s’y réfère en divers endroits, représente la sagesse de la Torah. De nombreuses qualités attribuées à l’eau trouvent théoriquement leur parallèle dans la Torah.

Une des propriétés de l’eau est qu’elle coule toujours en direction du point le plus bas. En quoi cela est-il semblable à la Torah ? L’écoulement de sagesse qui provient de D.ieu reste sur les gens les plus humbles. Plus une personne est charitable, plus abondante est la quantité de sagesse se déversant sur elle. Si elle se consacre à des idéaux, à une vie de vérité, à aider ses semblables... alors elle devient un récipient propre à recevoir la sagesse de la Torah.

Ce signe, connu sous le nom du Verseau, est celui du peuple juif. De même qu’à chaque individu est attribué un signe zodiacal, de même aux nations.

L’élément naturel associé à Chevat est le vent. C’est le moins palpable des quatre éléments (le vent, la terre, l’eau et le feu). Il agit souvent comme un conduit pour d’autres choses. Il transporte l’humidité et véhicule des semis et d’autres particules naturelles d’un endroit à un autre. La terre, le feu et l’eau sont plus importants pour ce qu’ils sont que pour ce qu’ils font.

La Kabbale associe la tribu d’Acher à Chevat. Le mot acher est en hébreu un pronom relatif qui relie le sujet d’une phrase à un verbe. Il supporte le sujet. C’est un exemple supplémentaire qu’on trouve dans Chevat en ce qui concerne la relation de subordination à un maître.

Sacraliser son quotidien

De manière implicite, tous ces points nous montrent que le mois de Chevat a pour prédisposition de nous servir de canalisation. Un tremplin pour la prochaine étape de notre existence.

Beaucoup de choses dans la vie d’une personne peuvent être examinées sous deux angles. Le premier point de vue considère l’acte en lui-même. Le second point de vue l’examine en tant que moyen pour atteindre une finalité. Par exemple, on peut aimer jouer au tennis une fois par semaine parce que le jeu, l’exercice ou la compagnie de notre partenaire nous procurent du plaisir. Cependant, on peut aussi employer notre partie hebdomadaire de tennis comme un moyen de conserver la santé corporelle, car celle-ci donne à toute notre vie plus de bien-être et permet de servir D.ieu avec plus de vigueur et de joie.

Le second aspect n’est pas en contradiction avec le premier. C’est une perspective supplémentaire, plus élevée qui fait de notre match de tennis une expérience spirituelle plus puissante.

La lettre que la Kabbale relie à Chevat est le tsadi, connu d’autre part comme le tsadik. Ce mot veut dire également en hébreu juste. Une des qualités du tsadik est qu’il utilise toutes ses activités en vue d’un objectif supérieur. Lorsqu’il mange, ce n’est pas seulement dans le but de jouir de la nourriture. Il mange afin de mieux servir son créateur. D’après le Talmud, un juste mange pour satisfaire son âme.

Tout-à-fait par hasard, l’attribut humain associé par la Kabbale à ce mois est l’acte de manger. Cette pratique quotidienne est reliée au premier commandement donné par D.ieu à Adam et à Eve – celui de ne pas consommer le fruit de l’Arbre de la Connaissance. En mangeant, on a chaque jour l’occasion de corriger une partie de notre âme, qui est si profonde et qui lui est si propre qu’elle s’étend jusqu’au Jardin d’Eden.

C’est pendant le mois de Chevat que l’idée d’utiliser notre vie quotidienne comme un moyen d’accéder à la spiritualité doit converger en nous. C’est le moment d’examiner en détail notre travail, nos jeux, nos exercices, notre nourriture, nos lectures, etc. et de se concentrer sur leur aspect spirituel.

Publié: 16/1/2013


Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub