cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Voie n°11 : Parlez-en à un(e) ami(e)

Voie n°11 : Parlez-en à un(e) ami(e)

Avant sa mise sur le marché, tout nouveau produit est testé. Pourquoi ne pas en faire autant avec vos idées pour savoir ce qu’elles valent ?

par
Plus...

Il y a des chemins que l'on peut emprunter en solitaire, mais sûrement pas celui de la vie. Avoir de vrais amis avec lesquels échanger des points de vues, parler de ses rêves, de ses projets est primordial, car nul ne détient la vérité et il faut sans cesse confronter ses opinions. Les amis sont tout indiqués pour cela, l'amitié n'étant pas, en principe, construite sur la concurrence ou l'affirmation de soi. Un bon ami est celui sur lequel on peut compter pour donner un avis honnête.  
 
L'ami n'est pas seulement une présence à nos côtés dans les moments difficiles, il est aussi une écoute et une vision objective des choses. Il y a dans la manière d'étudier les textes de la Torah un principe qui doit nous inspirer; celui de l'échange permanent basé sur les questions-réponses, où chaque nouvelle question approfondit le débat et révèle d'autres aspects.

Vos idées au " banc d'essai "

Avant tout lancement de produit nouveau, on mène une étude de marché  qui permet d'évaluer sa rentabilité.  
 
Pour connaître la valeur de vos idées, faites votre propre étude de marché. Prenez un " échantillon " d'amis et testez sur eux vos opinions. Leurs réactions fourniront un parfait indice de qualité.  
Soumettez vos idées aux autres car tout le monde peut se tromper. Il est toujours bon de consulter un vrai ami pour être sûr d'envisager un problème sous tous ses angles. Le monde des idées est plus sûr quand on le parcourt à deux.

Provoquer la discussion

Les êtres humains sont des bibliothèques ambulantes. Autour de nous, il y a des gens qui savent des tas de choses que nous ignorons et pensent différemment de nous. Le moyen d'accéder à toutes ces informations est d'explorer leur pensée. Comment ? En suscitant la discussion, en soulevant des questions. Nous sommes entourés d'êtres qui ne demandent qu'à nous éclairer.  
 
La confrontation de points de vue est particulièrement utile pour les grandes décisions du style Dois-je me marier avec X ? Dois-je prendre ce boulot ? Dois-je déménager ? N'ayez pas peur de découvrir éventuellement que vous vous êtes trompé. Vous trouverez toujours un ami pour vous remettre dans la bonne direction. 
 
Lorsque vous entendez des paroles de sagesse, ne vous contentez pas de les stocker dans un coin de votre tête. Développez-les, parlez-en.

Toujours quelque chose à dire

Pour que vos conversations soient enrichissantes, ayez toujours à l'esprit ou sur un pense-bête les sujets importants que vous aimeriez discuter. Au déjeuner, au lieu de parler des dernières évolutions de la bourse, abordez par exemple les concepts du libre-arbitre ou de la finalité de l'existence. Au début, vous aurez un peut de mal à entraîner votre interlocuteur sur ces sujets ardus, mais très vite c'est pour cela qu'ils vous apprécieront.  
 
Aish HaTorah a mis au point un outil génial pour entraîner un interlocuteur sur des sujets profonds et importants, le chmouz kit. Il contient une série de questions provoc' ainsi que des points de vue de la Torah sur dix grands sujets tels que l'amour, l'antisémitisme, le mariage, etc.

Le choix d'un ami

Se trouver un ami est trop important pour se fier à la chance. C'est pourtant ce qui se passe en général. La plupart de nos amis le sont devenus au hasard des circonstances. C'est un tort et les amis devraient être soigneusement choisis.  
 
Quand vous choisissez une voiture, vous savez à l'avance les caractéristiques qu'elle doit avoir. Vous recherchez la meilleure affaire et ensuite vous faites l'achat. Et vous seriez moins regardant pour un ami ? Et un ami c'est pour la vie ! 
 
Ne vous y trompez pas. Un simple point commun, comme la passion du tennis par exemple, ne suffit pas à bâtir une vraie amitié. Il vous faut des amis qui partagent les valeurs que vous respectez. Quand vous " élisez " un ami, demandez-vous toujours, s'il le sera encore dans vingt ans.  
 
L'amitié implique une fidélité réciproque. Cela signifie que si un jour vos chemins se séparent ou si vos choix de vie divergent, vous répondrez toujours présent en cas de besoin. On s'acquiert et on garde un ami par la confiance. Plus vous donnez de confiance, meilleur est l'ami. Et l'investissement est rentable, car plus qu'une compagnie, un vrai ami vous apporte l'occasion de progresser. 
 
On a dit " discuter " pas " se disputer " ! 
 
Provoquez ! Non pas pour le plaisir, mais pour susciter un débat riche et intense. Discuter signifie communiquer. N'affirmez pas, ne vociférez pas, mais questionnez et analysez ensemble. 
 
Devenez un spécialiste de la discussion. Explorez les idées de l'autre. Ne soyez pas inquiet si la conversation s'échauffe quelque peu. A la longue, vous apprendrez à imposer un ton plus paisible.  
 
La discussion suppose de rester calme. Pour éviter qu'une discussion tourne en rixe, baissez le ton et demandez à votre interlocuteur : " Qu'est-ce qui te fait dire ça ? Quelles sont tes raisons As-tu des preuves ?" 
 
Pour mieux garder votre calme, rappelez-vous que celui qui est en face de vous croit aussi ferme en son idée que vous en la vôtre. Alors écoutez-le attentivement, essayez de comprendre sa position et analysez ensemble ses arguments. Soyez ouvert aux idées nouvelles. 
 
Considérez que votre interlocuteur est aussi important que vous. Il a son opinion et a des raisons pour penser de la sorte. Non, non ! Il est pas si crétin qu'il en a l'air. Et de même que vous n'acceptez pas systématiquement, ne réfutez pas systématiquement. Tout point de vue, même erroné, mérite le respect. 
 
Cette aptitude à mener une discussion fructueuse vous fera des amis ou renforcera les liens déjà existants. De plus, vous gagnerez en sagesse.  
 
Soyez juge, pas avocat 
 
Le travail de l'avocat est de défendre la cause de celui qui le paye, tandis que le juge se doit de rester objectif pour envisager tous les côtés de l'affaire et découvrir la vérité. Ceux qui, dans une conversation, se comportent en avocat ne cherchent qu'à gagner. S'ils vous écoutent, c'est pour entendre ce qu'ils veulent. Ne soyez pas comme ceux-là. Avant de réfuter, approuvez ce qui mérite de l'être. Il est rare d'être en désaccord sur tous les arguments adverses. Dites : " Vous avez raison sur ce point, en revanche… " 
Soyez toujours à la recherche de la vérité et du bien. 
 
Rechercher la vérité 
 
Les domaines où doit s'exercer cette quête de vérité sont principalement ceux qui fondent notre conception de la vie : l'existence de D., la souffrance, le rôle du peuple juif, etc. Dans le Judaïsme, le concept le plus important est la compréhension par l'étude des prescriptions divines. Cette étude se fait en 'haverouta, c'est à dire avec un partenaire, car le travail en commun est un élément essentiel de la recherche de vérité.  
 
Le Talmud rapporte à ce propos une histoire sur Rabbi Yo'hanan et son compagnon d'étude Rech Lakich. Ils étudiaient ensemble depuis de longues années, quand Rech Lakich tomba malade et mourut. Rabbi Yo'hanan fut complètement effondré par cette disparition et ses étudiants essayèrent de le consoler en lui disant : " N'ayez crainte Rabbi, nous allons vous amener un nouveau compagnon d'étude, l'homme le plus brillant de toute la ville. " 
Une semaine plus tard, on vit Rabbi Yo'hanan marcher dans la rue, l'air accablé. " Rabbi ! " Lui dirent ses élèves " Qu'y a-t-il ? Nous vous avons envoyé le plus brillant compagnon d'étude de toute la ville. Pourquoi cette tristesse ? " 
 
Rabbi Yo'hanan répondit : " Certes, cet homme est un véritable érudit. A tel point qu'il est capable d'amener 24 preuves que ce que je dis est juste. Mais quand j'étudiais avec Rech Lakich, il me donnait 24 preuves que ce que je disais était faux. C'est cela qui me manque. Le but de l'étude n'est pas d'être confirmé. Je veux être critiqué, questionné et me voir prouver que j'ai tort. C'est cela l'étude de la Torah. "

 
Admettre la critique

 

La critique est ce qu'il y a de plus intéressant dans l'amitié, mais c'est ce qu'il y a de plus difficile à accepter. Certains ont si peur d'être pris en défaut qu'ils préfèrent fuir les autres. En fait, il faut se trouver des amis suffisamment intelligents pour accompagner leurs critiques de remarques positives. Pour le Talmud, la nécessité d'un compagnon se résume en ces mots : " Un compagnon ou la mort " - mort signifiant ici perte de temps et d'occasions favorables. Un compagnon d'étude vous oblige à être objectif vis à vis de vous-même. Le Séfer 'Hassidim, ouvrage datant du moyen âge, nous enseigne à ce propos : " Si on te prouve que tu as raison, tu gagnes peu. Si on te prouve que tu as tort, tu gagnes beaucoup car tu apprends la vérité. "  
 
Dites-vous que la critique mène au développement de soi-même qui est le grand intérêt de la vie.

 
 
Tomber d'accord

 

Une discussion fructueuse est celle qui se conforme à cette maxime: " Quand des personnes de bonne volonté raisonnent ensemble, elles parviennent toujours à la même conclusion. "  
 
La bonne volonté c'est : 
 
- Accepter d'écouter les arguments de l'autre. 
- Accepter d'entendre la vérité. 
- Accepter de changer même si c'est pénible. 
 
On voit souvent des personnes qui au lieu de s'en tenir aux faits finissent par s'agresser mutuellement. Si dans une conversation, votre interlocuteur devient hostile ou insultant, arrêtez tout et rappelez le principe de bonne volonté.  
 
Redéfinissez tous les deux les modalités du débat et ramenez la conversation à un niveau rationnel. Vous éviterez le clash. 
 
Un moyen de calmer les esprits est de lancer : " Empêche-moi de me tromper ou adhère à mon point de vue. " C'est infaillible ! 
 
Oui, les personnes de bonne foi qui réfléchissent ensemble parviennent toujours à une conclusion commune. Ce n'est pas facile, mais ça vaut la peine.  
 
Pourquoi se référer à un ami est un élément de sagesse

Tout le monde peut se tromper. Si vous ne testez pas vos idées, c'est à dire si vous n'en discutez pas, vous ne découvrirez jamais vos erreurs. Nous devrions toujours discuter nos idées avec une autre personne, car on est plus objectif vis à vis des autres que de soi-même. Les bons amis font plus que corriger nos erreurs. Ils nous aident à réfléchir. Cela stimule et élargit les idées. Pour atteindre la grandeur, vous avez besoin des autres, c'est un travail d'équipe. Si au cours d'une discussion vous butez sur un désaccord, dites à votre interlocuteur : " Soit tu me persuades, soit tu m'approuves ! " Une personne est influencée par son environnement et par ses amis. S'ils aspirent à la sagesse vous les suivrez. Soyez prudent dans le choix de vos amis à cause de leur influence.

24/10/2011

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub