cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Noël a-t-il du bon pour les Juifs?

Noël a-t-il du bon pour les Juifs?

Le plus grand défi posé à notre foi n'est pas l'existence d'une autre foi mais l'absence de foi.

par

Plus d'une fois, j’ai entendu mes parents dire combien ils redoutaient la saison de Noël.

Vivant dans un shtetl en Pologne, ils savaient ce qui les attendait chaque année. Le prêtre de la paroisse locale délivrait son sermon rempli d'invectives contre les Juifs, reconnus coupables du crime de déicide, responsables de la crucifixion horrible de leur dieu et donc méritant amplement toute punition que l’on jugerait bon de leur infliger.

Il n’est guère étonnant alors que ce moment de pure joie chrétienne signifiait exactement le contraire pour leurs voisins juifs. Ces jours destinés à une prétendue manifestation de « bonne volonté envers autrui » furent trop souvent marqués par des pogroms, des attaques et des démonstrations violemment  antisémites.

Heureusement, ce temps-là est révolu. L'Occident dans sa majorité prêche la tolérance religieuse tant légalement que culturellement. Chrétiens et Juifs sont respectueux les uns envers les autres. De temps en temps, il arrive qu’un incident isolé survienne, risquant de venir ternir les liens amicaux qu’entretiennent ces religions mais nous pouvons dire qu’en gros, nous avons appris à nous entendre dans une société pluraliste.

En raison des caprices du calendrier hébreu, les dates de Noël et Hanouka peuvent coïncider ou être plus ou moins espacées, les possibilités variant d’une année à l’autre. Mais quoiqu’il en soit, Chrétiens et Juifs célèbrent presque toujours leurs traditions respectives au mois de décembre.

Ce sont nos tympans qui, de nos jours, se font agresser, forcés d'endurer ces chants de Noël interminables.

Et cette  «guerre de calendrier» semble déranger certains Juifs. Il va sans dire que notre problème avec Noël n’est en rien comparable avec celui auquel devaient faire face mes parents en Pologne. Ce sont nos tympans qui, de nos jours, se font agresser, forcés d'endurer ces chants de Noël interminables qui sont monnaie courante en cette saison. Personne n’essaye de nous convertir de force. Personne ne nous oblige à mettre chez nous une réplique miniature du sapin de Noël se trouvant au pied de la Tour Eiffel. Personne ne nous roue de coups parce que nous avons choisi de ne pas saluer d’un « Joyeux Noël » enthousiaste ceux que nous croisons. Mais tout de même ...

Je l’entends sans cesse : des Juifs exprimant leur mécontentement de voir cet étalage de foi chrétienne dans les lieux publics. Des Juifs craignant que, d’une certaine manière le Père Noël des Galeries Lafayette en arrive à souiller leurs propres enfants. Des Juifs au premier rang de ceux qui protestent contre toute sorte d’expression religieuse de quiconque aurait une croyance différente de la nôtre. Noël, proclament-ils, est par définition une menace pour le Judaïsme et le peuple juif.

Mais quelque chose me dit qu'ils se trompent.

La France fut assez sage pour séparer l'Église de l’État. Nous connaissons les dangers posés par des gouvernements favorables à une religion plutôt qu'une autre. Mais l'esprit d’une telle séparation ne fut jamais de nier l'importance d'une religion, quelle qu’elle soit. Aussi, en tant que Juifs, il nous faut reconnaitre, je pense, que le plus grand défi posé à notre croyance n’est pas l'existence d'une autre croyance mais l’absence de croyance. Nous devrions avoir plus peur de ceux qui rejettent en se moquant l’idée même d’une puissance supérieure que de ceux qui choisissent de lui rendre hommage d’une manière différente.

Nos enfants aujourd'hui sont davantage menacés par l'esprit de laïcité que par des chants dédiés à proclamer la sainteté d’une nuit. Nous vivons dans une époque où quelqu’un comme Christopher Hitchens (journaliste et écrivain anglo-américain pour qui «  le concept d’un dieu ou être suprême est une croyance totalitaire visant à détruire la liberté individuelle) peut compter des lecteurs par millions, tout prêts à dévorer ses best-sellers comme  Dieu n'est pas grand, comment la religion empoisonne tout, ou L’Athée Ambulant: Lecture Essentielle pour le non-croyant.

Vivre parmi des Chrétiens qui montrent leurs engagements pour leurs croyances religieuses est à mon sens un bien meilleur exemple pour mes coreligionnaires que celui d’un mode de vie séculaire, reposant uniquement sur des choix hédonistes.

Entouré de toutes parts de guirlandes de Noël, je n'ai jamais eu du mal à expliquer à mes enfants ou à mes étudiants que, bien que partageant la croyance en Dieu, nos deux religions étaient différentes et nos chemins séparés. Le Christianisme est une religion de crédos, nous sommes une religion d’engagements. Les Chrétiens croient que Dieu devint Homme. Nous croyons que l'Homme doit s’efforcer de devenir de plus en plus semblable à Dieu.

Nous différons d'innombrables façons. Pourtant, Noël nous permet de nous rappeler que nous ne sommes pas seuls dans notre reconnaissance du Créateur de l'univers. Nous avons foi en une puissance supérieure.

Se demander pourquoi nous ne célébrons pas Noël est le premier pas vers une prise de conscience de son Judaïsme.

Pour être parfaitement honnête, la saison de Noël a pour conséquence certains résultats très positifs chez les Juifs. C'est le moment où de nombreux Juifs, à force de voir leurs voisins si occupés avec leur religion, en viennent à se demander ce qu’ils savent de la leur. Commencer à se demander pourquoi nous ne célébrons pas Noël est déjà faire un premier pas vers une prise de conscience de son Judaïsme.

On « rappelait » de force à mes parents, par des actes de violence, qu’ils étaient juifs. Ces rappels sont de nos jours plus subtils mais continuent néanmoins d’exister. Ainsi lorsque les Juifs prennent la peine de chercher l’équivalent juif de Noël, ils découvrent peut-être pour la première fois la beauté de Hanouka et les messages si beaux du Judaïsme. Leur rencontre forcée avec une fête d'une autre religion leur fait vivre la beauté d’une autre fête qui, elle, est bien la leur.

Alors ce Noël, plongez-vous donc dans un bon livre juif ou assistez à un cours sur le Judaïsme.

Vous allez peut-être me trouver naïf mais aujourd'hui, j'aime vraiment cette période de fêtes. Parce que, au bout du compte, tous les gens de bonne volonté se rejoignent dans cette tâche qui est de placer le sacré au-dessus du profane.

Publié: 23/12/2012


Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.

Vos réactions : 12

(11) kopp, July 15, 2014 7:36 PM

le vrai chrétien.

J'aimerais d'abord demander pardon a tous mes amis juifs pour ceux que de soi disant chrétiens leurs ont fait subir. je bénirais ceux qui te béniront et je maudirais ceux qui te maudiront voila ce que D.ieu dit dans sa parole est bien d'autres choses concernant Israel , il est inconcevable qu'un vrai chrétien puisse faire du mal a un juif ou a toute autres personnes si ce n'est pour se défendre ou défendre sa famille ses biens.
pasteur Thierry Kopp

(10) Anonyme, February 24, 2014 1:24 PM

Le danger de l'école publique...

Noel, c'est le soltice d'hiver à la sauce de l'empire Romain, devant instaurer une secte juive (le christianisme) dans un contexte populaire polythéistes. Le soleil nouveau né était fèté avec des sapins qu'on brulaient...Cete transposition des fètes de peuples honorant la nature est restée dans la nature mème du non juif....Et les autorités n'ont eu d'autres choix que de ceder à cette ultime concession...Si HANOUKKA est un miracle célébré depuis des siècles, nous comprenons et vivons dans la joie cette fète, offrons des cadeaux aux enfants, priant en allumant la Ménorah...Nous gavons de beignets et avons un sentiment d'unité très fort. Mais notre place au milieu des peuples nous donne le statut d'invité , plus ou moins tolérés, selon le temps et la politique du moment....M. Le Rabbin, pardonnez moi, mais vivant en marge du culte d'Etat, il faut ètre conscient que si ne nous ne voulons pas des cultes d'autrui, il reste la solution de l'ALLYAH....Le danger de l'assimilation et l'immersion par les traditions séculaires nous font oublier qui nous sommes...C'est difficile pour nos enfants si on a pas les moyens de les mettre dans des écoles juives de vivre leur différence....Et les attraits de la fète , le besoin de "normalité" des plus petits est un danger que je voudrai souligner en temps que mère....C'est facile pour les parents ayant une bonne situation de mettre leurs enfants dans un circuit "juif", mais les plus pauvres ne sont ils pas obligés de se plier à une laicité empreinte de culture chrétienne en occident et musulmane dans les pays du Magreb??? Je pencherai pour un plaidoyer en faveur d'une aide conséquence pour qui n'aurait pas les moyens d'offrir à ses enfants ORT ou AKIBA... Le problème de l'engoument pour les fètes locales serait ainsi partiellement écarté...

(9) Anonyme, December 26, 2013 10:21 AM

Hanoucca et Noël (par un non Juif)

Superbe article Mr le Rabbin Blech, belle preuve de tolérance de votre part, cela apporte de la douceur en ces temps difficiles. Les Juifs pratiquants ont Hanoucca qui est une merveilleuse fête rappelant le grand miracle qui eu lieu lorsque l'huile brûla 8 jours alors qu'il n'en restait que pour un seul. Je pense que cela doit absolument être enseigné aux enfants afin qu'ils aient en mémoire que le Judaïsme est aussi une religion de lumière. L'arbre de Noël, pourquoi pas, mais dans une habitation Juive, ce serait sans figurines et surtout sans crèche, on éviterait ainsi le risque de Avoda Zara. Ainsi ce serait une possibilité pour une famille Juive d'avoir également cet élément de décor que parfois les enfants réclament mais qui n'aurait aucune signification. Nous ne sommes pas Juifs mais nous respectons beaucoup Hanoucca par exemple et le Judaïsme en général, les fêtes Juives n'ont rien à envier aux fêtes chrétiennes, Pessa'H qui réuni toute la famille pour le Seder, Soukkot où il faut construire et vivre quelques temps dans la Soukka, toutes ces fêtes sont empreintes de belles traditions et rappellent les grands moments vécus par le peuple Hébreu. Alors oui, les chrétiens doivent vivre leur propre foi et les Juifs doivent pouvoir vivre la leur en toute quiétude. Le Judaïsme n'est pas prosélyte mais souvenons-nous de ce que dit D.ieu lorsqu'il remit la Torah au peuple : "Cette loi est pour ceux qui sont aujourd'hui avec nous mais aussi pour ceux qui "seront" avec nous".
Enfin, comme vous le dite si bien, l'arbre de Noël peut faire s'interroger des Juifs sur leur religion, hé bien je pense que la Hanoukkia à la fenêtre peut aussi poser question à des chrétiens.
Shalom gadol à tous mes frères Juifs

(8) Anonyme, December 23, 2013 6:28 PM

Noël

Pour moi noël n'est pas une fête catholique et l'arrivée de Jésu qui était JUIF, d'ailleurs je n'ai jamais compris pourquoi les catholiques n'aimaient pas les JUIFS alors qu'il sont en adoration devant Marie et Jésu, bref noël est une fête qui était interdit par la religion catholique, mais que tout le monde fêtait, à la suite de ça, ils ont décidés que Jésus était né le 25 décembre, encore un mensonge du catholicisme, Noël correspond au solciste d'hiver, et devenu une fête pour les enfants, rien à voir avec la religion, c'était une fête PAÎENNE , INTERDIT PAR LA RELIGION catholique, maintenant elle tire la couverture à elle. Sincèrement vôtre

(7) mariano, December 23, 2013 3:32 PM

Noel et les Juifs

Erev tov mes chers amis; je voulais tout simplement vous signaler que mes activités m'amènent à côtoyer des milliers d'individus (dans le bon sens du terme)de toute sorte.....Notamment, protestants, athées, catholiques, adventistes, évangélistes. Ces hommes et ces femmes que j'ai "croisé" en Europe mais aussi en Afrique Noire, et aux USA, m'ont témoigné un profond respect pour notre communauté et bien souvent une réelle affection d'amour. Comme toujours et partout dans toutes associations, rien n'est parfait et une minorité
d'entre eux fait "désordre". Bessorot tovot

Afficher toutes les réactions

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub