cliquez ici pour accéder directement au début de l'article
Abonnez-vous

Recevez notre newsletter




Le couple idéal est-il seulement amour ?
TorahCoach

Le couple idéal est-il seulement amour ?

La réponse de notre collaborateur David Benkoël, coach analyste dans l'esprit du judaïsme.

par
Plus...

À quoi rêvent les célibataires avant de se marier ? À quoi rêvent les fiancés en priant le jour de leur mariage ? À quoi rêve tout époux sensé ? Et que regrettent les couples au bord de la rupture, dans une ambiance si étrangère à la joie et à la naïveté des débuts ? En principe, tous rêvent au couple idéal… ou bien regrettent de n'avoir pu qu'en rêver.

Le couple idéal justement, de quoi est-il fait : d'amour et d'eau fraîche ? Chacun sait qu'il s'agit d'une fable. D'amour tout court ? Cette fois, tout le monde s'entend là-dessus. Un couple idéal, et donc un couple heureux, est un couple au sein duquel règne l'amour. Un fait, le couple idéal n'est qu'amour.

Est-ce bien sûr ?

Il faut se méfier des vérités toutes faites, et celle-ci en est une. Au risque de surprendre, un couple heureux n'est pas un couple bâti uniquement sur l'amour.

D'abord, qu'est-ce que l'amour ? Vaste question ! Fondamentalement, l'amour est la volonté de faire un avec l'autre. En cela, l'amour s'exprime par exemple dans l'acceptation de faire une place à l'autre (quand bien même sa place empiéterait éventuellement sur la sienne), dans l'envie de lui parler, de le sentir auprès de soi, même seulement de le voir, dans la recherche désintéressée de son bonheur, dans la volonté de partager avec lui une tranche de vie ou simplement une idée.

Et donc, puisque l'amour pousse le couple vers l'union au sens le plus large, on comprend qu'il ne peut que fluctuer. En effet, si l'amour passe par le rapprochement, que devient-il quand les époux sont au contraire poussés vers l'éloignement ?

Que devient l'amour quand une dispute survient, sachant que la dispute décourage le partage puisqu'elle invite au repli sur soi ? Que devient l'amour quand l'un des époux éprouve du vague-à-l'âme, quelle qu'en soit la raison ? Que devient enfin l'amour quand la tentation de l'infidélité frappe à la porte ?

En un mot comme en mille, que les époux soient contraints à la solitude ou qu'ils la désirent, que devient alors le sentiment d'amour qui ne peut justement pas rimer avec solitude ? Il s'éclipse, tout simplement. En ce cas, comment soutenir que le couple idéal serait entièrement basé sur l'amour, sachant que l'amour est un sentiment fluctuant ?

Quand l'amour diminue jusque parfois disparaître, une seule chose peut sauver un couple avant qu'il ne revienne : la crainte. Non pas la crainte au sens de l'effroi, ce qui n'a aucun sens dans un tel contexte. La crainte au sens de la responsabilité, de cette rigueur intellectuelle caractéristique de la raison. Car seule la raison peut sauver un couple en perdition. La raison, c'est une sorte de structure mentale, nécessairement solide, stable, fiable aussi, qui rassure et protège. Elle est telle un filet de sécurité apte à recueillir un couple en chute libre, quand l'amour qui le maintenait s'est momentanément évanoui.

Contrairement à l'amour qui, disons-le, invite à la passivité, la crainte pousse à réagir. Elle est génératrice de réflexion, de décision, d'action. Elle rappelle les responsabilités collectives et incite à les assumer. Jamais l'amour ne pourra susciter une réflexion personnelle telle que : « Notre situation de couple ne peut plus durer ; pour nous, pour les enfants, c'est impasse ». La crainte, elle, a ce pouvoir.

C'est pourquoi, dans la vraie vie et non dans une sorte de film à l'eau de rose, le couple idéal mélange amour et crainte. La crainte, en plus de venir au secours de l'amour, lui donne également un sens et l'organise.

Ce que nous énoncions en début d'article devient clair. Un couple heureux n'est pas uniquement bâti sur l'amour. Un tel couple ne pourra que se retrouver dans une posture périlleuse à l'occasion d'une baisse du sentiment amoureux. Et des occasions de ce genre, dans la vie d'un couple, il y en a beaucoup…


1.  Notamment, l'union physique a du sens en tant que corollaire d'un amour par ailleurs bien établi.

2. Certains diront que le fait de voir un conseiller conjugal, un psychologue de couple, un Rav, ou plus simplement de dialoguer et prendre de bonnes résolutions, voilà ce qui peut vraiment sauver un couple ! Mais ce sont là des conséquences de la raison, en ce que la raison est d'abord assimilable au principe de réalité. Considérer sa vie pour ce qu'elle est réellement ne peut que produire du positif.

6/8/2017

Plus...
Vous avez aimé cet article? Aidez nous à en faire d’autres. Aish.fr
ne peut exister sans le support de ses lecteurs.
Les opinions exprimées dans la section « Vos réactions » n'engagent que leurs auteurs. Vos commentaires sont soumis à modération, veuillez rester courtois.

Vos réactions : 2

(1) Anonyme, August 16, 2017 9:54 AM

Idée novatrice très intéressante . À développer .

Associer la crainte , la raison à l amour est une réflexion tellement vraie mais que l on a pas cependant l habitude d'entendre , de lire surtout venant d un homme. Quelles sont vos sources svp? Et j aurai aime que vous expliquiez plus profondément vos idées . Merci

David Benkoël, August 20, 2017 4:59 PM

Ma principale source d'inspiration est la première lettre de la Torah. C’est la lettre Beth, dont la valeur numérique, deux, exprime et explique la dualité de notre monde bâti tout à la fois sur la rigueur et sur la bonté.

Par extension, toute vérité rassemble ces deux aspects. Un processus qui n’est que rigueur, c’est-à-dire qui n’est que structurel, ne peut tenir. Il finit par disparaître, entraînant dans sa chute les gens qui se reposaient sur lui. Il en va de même pour un processus qui n’est que bonté, c’est-à-dire qui procède de l’apport ou du rapport défiant toute limite. Quand par contre la rigueur borne la bonté et, par là même, la définit et l’oriente ; quand la bonté inonde la rigueur et l’humanise pour ainsi dire, il la rend accessible et profitable.

Le couple en est un exemple parmi tant d’autres. Le propos de cet article était de rappeler que si un couple devait perdre le contact suite à l’effritement de la dimension de « bonté » qui le maintient, il pourrait encore se raccrocher à sa dimension de « rigueur ». À quoi correspond-elle ? À cette volonté originelle solide d’un projet commun à long terme, structurelle, structurante même, qui a donc donné un sens au couple, a été le terreau de l’amour qui ensuite s’est développé, et qui peut parfois faire office de chemin balisé apte à le guider hors des tempêtes qui l’ébranlent.

En espérant que ma réponse vous ait apporté des éléments de réponse, je vous invite par ailleurs à découvrir d’autres articles sur mon Blog : http://www.torahcoach.fr/blog/.

Réagir à cet article :

  • Afficher mon nom ?

  • Votre adresse mail restera privée. La rédaction en a besoin pour d’éventuelles questions à propos de votre commentaire.


  • * champ obligatoire 2000
Réagir
stub